Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
12 Aoû. 2014

Notre fil rouge ? Nos adhérents

C’est entouré et porté par un Bureau élargi, un Comité directeur et des permanents, que Xavier Benoist a pris les rênes de la Fédération des industries.
C’est entouré et porté par un Bureau élargi, un Comité directeur et des permanents, que Xavier Benoist a pris les rênes de la Fédération des industries.

Paru dans :

Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
662

Élu à l’unanimité lors du Comité directeur du 3 juillet dernier, Xavier Benoist est le nouveau président de la Fédération des Industries. Il revient sur les dossiers importants de la prochaine mandature.

Made In : Quels sont les premiers dossiers auxquels vous allez devoir vous atteler ?
Xavier Benoist : Le premier dossier est la Conférence économique, fiscale et sociale. C’est l’actualité économique du Territoire. Et il est important que la FINC et ses partenaires, comme la CGPME-NC, fassent porter leur voix lors des réformes indispensables à la Nouvelle-Calédonie, en particulier sur les dossiers qui assureront le développement économique, social et industriel de notre pays.
Cette Conférence économique va décliner des priorités, mais cela n’empêchera pas la FINC de mener les siennes et les dossiers qui lui semblent essentiels, bien au contraire.

Lesquels ?
X. B. : Dans les gros dossiers que nous avons initiés dans le cadre de cette nouvelle présidence, il y a celui concernant la gouvernance en matière de formation pour la filière industrie. Nous pensons en effet que le dossier « Emploi & compétences pour les industries » est un enjeu essentiel pour aller de l’avant. Nous avons également un dossier sur le développement économique industriel, notamment l’aspect export, et la réforme de textes intéressant la production locale. La délibération 252 et la 69CP dans son chapitre 17 et son annexe 9 sont des outils essentiels pour le développement industriel, mais il faut les faire évoluer. Nous souhaitons également initier une action en matière de filières, objet du dossier de ce Made In. Autre dossier important, celui de la fiscalité. Nous pensons effectivement qu’une réforme fiscale globale est à mener en Nouvelle-Calédonie. Mais pour cela, il faut sortir des sentiers battus et proposer un texte qui corresponde à la spécificité du Territoire.
Tous ces dossiers doivent être menés au profit de nos adhérents. Aujourd’hui, la FINC est la Fédération qui représente les industriels calédoniens, dans leur diversité et leurs différents secteurs. Nos actions se font avec, et pour, nos adhérents. Ils sont le fil rouge de l’action de cette nouvelle présidence.

Vous avez organisé une campagne de communication l’an dernier ; et cette année ?
X. B. : Nous avons effectivement pour objectif de mieux faire connaître les savoir-faire de l’industrie calédonienne. Aujourd’hui, nous avons déjà conduit des actions comme la Semaine de l’Industrie, pour ouvrir nos portes ; mais il nous faut faire connaître aux Calédoniens et aux décideurs calédoniens l’extrême qualité des compétences des entreprises de transformation. Nous n’avons pas à rougir de ce qui peut se fabriquer sur le Territoire, tant en qualité qu’en diversité des produits. Il faut cesser d’avoir ce défaut d’image de nos compétences et de nos industriels. Au contraire, il faut montrer que la Calédonie - par la politique publique d’accompagnement de son industrie - est aujourd’hui en avance par rapport à certaines régions du monde qui voudraient réindustrialiser pour pouvoir fixer de la valeur ajoutée, avoir un effet d’amortissement en cas de crise. Nous avons plutôt un temps d’avance, et il nous faut conforter cette position. Nous mènerons une campagne de communication pour cela, dans l’année à venir.

Vous ne travaillerez pas seul…
X. B. : Absolument. Depuis quelques mois, nous avons un Bureau élargi qui portera la voix des adhérents. Nous avons également un Comité directeur au sein duquel nous avons défini des référents par thématique travaillée, trois vice-présidents, équipe rapprochée du président, et les anciens présidents de la FINC… C’est important, car ce sont eux qui ont créé l’outil dont on bénéficie aujourd’hui. L’équipe se complète de permanents qui, compte tenu de l’importance des dossiers à porter, vont jouer un rôle non négligeable. Enfin, nous allons continuer à travailler avec les institutions, la CGPME-NC, et bien entendu avec les partenaires sociaux. C’est ensemble - même si nous ne sommes pas toujours d’accord - que nous trouverons des solutions pour un développement économique et social de la Nouvelle-Calédonie. Dans cette équipe, l’État est un partenaire important des industries calédoniennes.

Auteur

Charlotte ANTOINE-PERRON

Charlotte ANTOINE-PERRON

Rédactrice en chef

Paru dans :

Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
662

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production