Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
14 Mai. 2018

La stratégie économique indopacifique au cœur du discours de Macron

La stratégie économique indopacifique au cœur du discours de Macron
©Pool/Thierry Perron
Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
110
Entreprise(s) citée(s)

Il aura fait la quasi-unanimité au sein de la classe politique. Et même si les acteurs calédoniens ont regretté l’absence de séquence purement dédiée à l’économie, ils lui reconnaissent un discours pour le moins fédérateur… Extraits.

C’est pour le Théâtre de l’Ile que l’équipe du président de la République avait opté pour son discours de clôture. Avec des invités triés sur le volet, au détriment de la presse, priée d’aller écouter le chef de l’Etat depuis l’Université d’à côté. Et tant pis pour les photos.

Des invités donc, politiques, économiques, chefs d’entreprise, associatifs… qui, durant 45 minutes, ont écouté un discours construit autant que fédérateur. On l’attendait et il l’avait redit. Il ne prendrait pas parti pour le Oui ou le Non au référendum du 4 novembre. Mais c’était sans compter sur son allocution : « La France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie, parce qu'elle est une part de cette France Monde, de cette France qui existe dans cette région du monde à des dizaines de milliers de kilomètres de Paris mais au cœur de ce qui est la vocation même de la France de rayonner à travers tous les continents et sur toutes les mers. »

Et au-delà de l’aspect politique du 4 novembre, le chef de l’Etat a insisté sur son ambition géopolitique pour la région. « Avec le choix du peuple britannique de quitter l'Union européenne, la France devient le dernier pays européen pacifique… Je crois à l'axe indopacifique, a-t-il insisté. Il y a un axe Paris – New Delhi – Cambera, mais cet axe-là se prolonge de Papeete à Nouméa et à travers tous nos territoires, c'est celui qui nous permettra de construire sur le plan géopolitique la neutralité de cet espace indopacifique ; c'est celui qui de la corne de l'Afrique aux Amériques nous permettra de participer avec nos alliés à ces grands équilibres et d'assurer la liberté de circulation dans les mers, la liberté de circulation dans les airs et les équilibres indispensables à cette région du globe. » 

« Continuer à structurer des filières dans la transformation industrielle » 

Emmanuel Macron est ensuite revenu sur la stratégie économique indopacifique, « une ambition commerciale qui passera d'abord par une grande vigilance dans le cadre de la négociation des accords de libre-échange entre l'Union européenne et l'Australie ». C’est aussi une ambition commerciale pour faire davantage, « davantage dans toute la région et de l'agriculture à la pêche, en passant par l'industrie, de faire de la Nouvelle-Calédonie un territoire exportateur dans cette région comme vers l'Europe ou d'autres régions du globe et de réussir à porter une ambition commerciale. »

Il s’agit ainsi d’exploiter davantage les terre pour mieux les exploiter et construire les moyens d’une souveraineté alimentaire durable, pour permettre de nourrir la population, de développer un élevage à la mesure des besoins et de structurer les filières agricoles.

Sur le plan de l’industrie, le chef de l’Etat mesure le poids du nickel « qui s'est structurée, qui s'est développée de manière exemplaire qui a d'ailleurs participé ces dernières années aussi au rééquilibrage mais qu'il faut continuer à développer, à déployer parce qu'elle est un élément critique, stratégique dans la région. » Pour autant, alors même que les acteurs de la filière regrettent que trop souvent l’industrie ne soit résumée qu’au seul nickel, Emmanuel Macron a insisté sur la nécessité de  « continuer à structurer des filières industrielles dans la transformation industrielle et dans la production, les filières de service dans les transformations finales mais pas uniquement, l'entreprenariat qui s'est beaucoup développé ces dernières années mais qui peut encore être encouragé dans les filières numériques comme dans de nombreuses autres. »

« Mobiliser les services de l’Etat en complément des entrepreneurs »

Certains veulent y voir un signe…  Xavier Benoist, président de la Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie : « Il est rare de voir un des plus haut responsable de l’Etat mettre en avant l’industrie de transformation calédonienne et sa capacité à exporter. Couplé avec cette stratégie nouvelle de la France sur un axe indopacifique et qui doit s’appuyer sur les territoires français du Pacifique, c’est une très belle nouvelle. Il ne reste plus qu’à mobiliser les services de l’Etat en complément des entrepreneurs et des moyens de la Nouvelle-Calédonie pour obtenir de beaux résultats. »

Le tourisme, l’énergie, la mer ont également été évoqué par le chef de l’Etat. « Penser la stratégie économique de la Nouvelle-Calédonie, c'est aussi penser le tourisme, a-t-il ainsi déclaré. Nous serons aux côtés du gouvernement pour aller en ce sens, pour développer davantage les commerces, les installations, les infrastructures qui permettent d'accueillir davantage, de tirer parti de cette manne touristique, de créer des emplois là aussi pour nos jeunes afin que ce tourisme soit une chance assumée et que ces perspectives s'ouvrent. »

En termes d’énergie, Emmanuel Macron voit du solaire en passant par les énergies marines et la biomasse, toutes les voies et moyens d’une souveraineté énergétique de la Calédonie.

Enfin, la France est aujourd’hui deuxième puissance maritime du monde « mais la mer ici est une chance qu'il faut pleinement reconnaître et qu'il faut pleinement transformerLa Nouvelle-Calédonie pourrait tirer bien davantage parti de ses ressources halieutiques qui sont nombreuses avec une capacité, et c'est ce que nous devons construire ensemble, à exporter jusqu'en Europe ce thon de qualité dont les pratiques de pêche ne sont pas comparables avec beaucoup d'autres puissances de la région. »

« Il y a un continent de possible que nous devons réussir à inventer et qui fait partie de la stratégie économique indopacifique que nous voulons conduire », a-t-il encore insisté.

Au final, ce discours de 45 minutes de discours aura mis à un point d’orgue a une visite sans fausse note. Après l’émotion et le recueillement du 5 mai à Ouvéa et au centre culturel Tjibaou, après les échanges et partages avec la population du Nord, des Iles et de Nouméa, c’est une vision d’avenir que le président de la République a choisi de partager « plutôt que de vous dire quoi choisir. » « Cela, ce sera votre conscience qui vous le dictera ; ce sera votre liberté qui s'exprimera mais moi, je voulais vous dire ma conviction pour ici et cette vision que je veux porter dans toute la région pour la France et pour vous toutes et tous. »

 


Le discours complet de clôture du président de la République.

Auteur

Charlotte ANTOINE-PERRON

Charlotte ANTOINE-PERRON

Rédactrice en chef

Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
110
Entreprise(s) citée(s)

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production