Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
02 Mai. 2018

Les Français jugent la mondialisation

Les Français jugent la mondialisation

Paru dans :

Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
54

Interrogés par OpinionWay, à l’occasion du 6e Printemps de l’économie, 60 % des sondés ont une mauvaise opinion de la mondialisation, voire une très mauvaise option pour 14 % d’entre eux. 66 % des Français souhaitent plus de normes et des normes plus strictes sur les produits entrants et sortants. À l’heure où la Nouvelle-Calédonie parle de régulation de marché et de compétitivité, cette étude conforte la FINC dans ses leitmotivs… 

« Alors que l’Union européenne est sur le point de signer une série de traités de libre-échange, ce sondage montre combien la mondialisation suscite de la méfiance pour la plupart des Français », commente d’emblée Rémi Jeannin, professeur de sciences économiques et sociales en classe préparatoire et vice-président du Printemps de l’économie. Du 14 au 16 février 2018, l’institut de sondage OpinionWay a réalisé en métropole une enquête sur le thème de la mondialisation. Les premiers résultats sont riches d’enseignement. Il apparaît en effet que 60 % des sondés ont une mauvaise opinion de la mondialisation. Les effets néfastes qu’ils lui prêtent en France et dans le monde les rendent à 71 % pessimistes sur l’avenir. Seule issue pour une grande majorité (66 % des sondés) : un renforcement des normes de régulation pour renforcer le rôle des États et des organisations internationales.

Vers plus de protectionnisme 

66 % des sondés suggèrent qu’en France, il faudrait imposer des normes plus strictes sur les produits entrants et sortants. À l’inverse, seuls 13 % souhaitent voir supprimer les obstacles pour faciliter les échanges.

Pour la FINC, « c’est un signe encourageant, alors que la réforme des protections de marché est envisagée pour juin 2018, comme indiqué dans le discours de politique générale du président du gouvernement calédonien. La société civile se forge un avis qui fait barrage aux idées reçues de l’ultra libéralisme avec le tout concurrentiel. Oui, les populations comprennent qu’un modèle libéral régulé est une voie raisonnvable qu’il faut construire ».

Pour 56 % des sondés, ce sont les firmes internationales qui fixent les règles de la mondialisation, bien devant les États (40 %), les banques (31 %) ou les organisations internationales (25 %), les grandes perdantes de la mondialisation. 41 % des personnes interrogées estiment en outre que la mondialisation a un effet négatif à l’échelle régionale de l’Océanie.

En termes d’objectifs de développement durable, 71 % des Français estiment que la mondialisation a un impact sur l’innovation technologique. C’est d’ailleurs le seul impact résolument positif qui ressort de l’étude. En effet, pour les sondés, la mondialisation ne contribue pas ou peu à l’amélioration de la santé, à l’élévation du niveau d’éducation, à la promotion de l’égalité entre hommes et femmes ou encore à l’éradication de la faim.

Pessimisme quant aux perspectives d’avenir

Pour aller plus loin, pour respectivement 64 et 65 % des personnes interrogées, elle a aussi des conséquences néfastes sur l’emploi et les salaires. « Et seulement 33 et 25 % d’entre eux perçoivent les effets positifs sur la croissance et le pouvoir d’achat », souligne OpinionWay.

75 % des sondés estiment qu’elle va s’étendre à tous les secteurs de l’économie. La mondialisation touche les plus démunis : 58 % des personnes issues de catégories populaires (contre 54 % des personnes issues des catégories favorisées), 62 % des personnes non diplômées (contre 46 % des personnes ayant un diplôme supérieur à bac +2) et 57 % des personnes ayant un niveau de revenu inférieur à 2000 euros par mois (contre 51 % des personnes gagnant 3500 euros par mois ou plus) déclarent être pessimistes sur ces perspectives d’avenir dans le contexte de la mondialisation. 


Opinion sur les règles des échanges commerciaux

Extrait «Les français et la mondialisation» - Mars 2018 - Opinionway

À la question «Pour vous, aujourd’hui en France, est-il préférable de...

Imposer des normes plus strictes sur les produits entrants et sortants : 66%
Maintenir et appliquer les accords actuels sur les échanges commerciaux : 19%
Supprimer davantage les obstacles pour faciliter les échanges commerciaux : 13%
NSP : 2%

Auteur

Charlotte ANTOINE-PERRON

Charlotte ANTOINE-PERRON

Rédactrice en chef

Paru dans :

Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
54

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production