Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
17 Aoû. 2010

La FINC garde le cap

La FINC garde le cap

Paru dans :

Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
1673

L’assemblée générale (AG) de la Fédération des industries de Nouvelle-Calédonie (FINC) a eu lieu le 16 juin dernier, au centre culturel Tjibaou. Ce type de réunion, un peu solennel, sert à présenter aux membres de l’association le bilan de l’année écoulée. Elle est toujours suivie de l’élection des nouveaux membres, tous volontaires, pour diriger l’association.

Les protections de marché et l’industrie de transformation

Dès que l'on parle d'industrie de transformation locale, la réponse est immédiate : on nous rétorque « protections de marché ». Nous sommes en effet dans une économie de comptoir, où 93 % des produits de grande consommation achetés sont fabriqués ailleurs et importés. En fait, les protections ne représentent que 1,5 % des références dans le commerce de masse, et 1 % des recettes des douanes.

Forts de leur motivation, les industriels membres de la FINC ont répondu nombreux à la convocation de l’assemblée générale, ainsi qu’il est prévu dans les statuts de toute association. Cette réunion est l’occasion, pour ceux qui tiennent les rênes de ladite association, d’expliquer aux associés comment ils ont géré les fonds reçus (cotisations, aides), et quelles actions ont été réalisées avec cet argent. Donc, une AG, ce n’est pas une réunion de copropriétaires, et c’est toujours une épreuve pour les membres du Comité directeur qui dirige la FINC toute l’année, et pour les permanents de l’association. C’est aussi toute une cérémonie, avec un déroulement quasiment immuable. La première des tâches consiste à rédiger le rapport moral, lequel fait cette année 48 pages. En tête se trouve le discours d’introduction du président de la Fédération, qui évoque les faits marquants vécus par l’association l’année dernière. Parmi eux, il faut tout d’abord rappeler les élections provinciales qui ont vu une redistribution des cartes politiques.
Puis il y a eu la nomination de Philippe Germain, alors président de la FINC, en qualité de membre du Gouvernement chargé d'animer et de contrôler le secteur de l'économie, de l'industrie et du travail. Au-delà de la reconnaissance personnelle du travail accompli par Philippe Germain et l’équipe qui l’a entouré, cette nomination donne à l’action de la FINC une nouvelle dimension et de nouvelles perspectives.  

Les grands dossiers de l’année évoqués

Dans un contexte international difficile - les effets de la mondialisation et des crises -, auquel vient s’ajouter une remise en cause permanente des acquis de plusieurs branches de l’industrie de transformation locale (comme certaines protections de marché), la nomination du président de la FINC au Gouvernement nous donne de l’espoir. Bien évidemment, la FINC n’est pas un organisme monolithique. Toutes les tendances politiques, et les différentes sensibilités aux problèmes sociaux y sont représentées. Ces points de vue différents sont une richesse que tous respectent, et notre sens de la responsabilité nous porte à œuvrer ensemble pour le bien de nos entreprises, de nos salariés, et pour le développement du pays.
Le rapport moral abordant les grands faits ayant touché notre Fédération, il a, de fait,  évoqué le départ de la FINC du MEDEF, et son adhésion à la CGPME. Notre fédération s’est engagée depuis de nombreuses années dans une action permanente de défense de l’industrie de transformation, mais également d’un modèle de développement économique et social. Certains acteurs économiques calédoniens ne comprennent pas notre combat, qui nous pousse à défendre, quoi qu’il nous en coûte, nos protections de marché, alors que nous ne représentons que 7 % des produits de grande consommation. Notre Fédération a longtemps discuté avec les instances décisionnaires du MEDEF (plus de 2 ans), en particulier pour faire reconnaître notre organisation comme interlocuteur incontournable et privilégié pour tous les sujets touchant au secteur industriel. Mais nous n’avons pas été entendus… Pour ce faire, nous avons décidé d’une part d’engager une action pour que la FINC puisse bénéficier de sa propre représentativité auprès du tribunal administratif, et d’autre part de nous rapprocher d’autres partenaires, tels que la CGPME-NC, qui nous est apparue plus à l’écoute de nos besoins. Aujourd’hui, la FINC compte quatre élus au sein de son Conseil d’administration.

La FINC garde le cap

Malgré les attaques récurrentes, la FINC a gardé le cap et participé aux réunions du Comité du commerce extérieur, à celles du Comité des productions locales, ainsi qu’aux travaux d’approche sur le développement des exportations. En ce qui concerne le Comité du commerce extérieur, il a pour vocation d’attribuer, de renouveler ou d’étendre des demandes d’exonération de TGI sur les matières premières destinées à la production locale. Par exemple, et parmi les mesures prises l’an dernier, le Comité a renouvelé les demandes de protection dans le cadre de la veille économique pour les tubes et les tuyaux, la bière, les claquettes, les produits de boulangerie, etc. Il a également supprimé la double protection qui existait sur certains chocolats. La FINC a par ailleurs alerté le Comité afin que soient recadrées les procédures d’agrément dans le sens du respect des règles établies, notamment sur l’obligation de justifier un taux d’ouvraison minimal de 50 %.

Le commissaire aux comptes, un gage de sérieux

Parmi les personnes présentes lors de l'AG, le commissaire aux comptes, fréquemment appelé « CAC », a approuvé les compte de la FINC. C'est un acteur extérieur qui exerce une profession agréée dans tous les pays de l'Union européenne. Il est inscrit sur une liste spéciale dressée dans le ressort de chaque Cour d'appel. Un commissaire aux comptes réalise l'audit comptable et financier de l'organisme qu'il doit contrôler. Il s'agit d'une mission légale très sérieuse, et si, par hasard, un CAC relève des faits délictueux commis au sein d'une entreprise ou d'une association, il doit les porter à la connaissance du Procureur de la République. « Les commissaires aux comptes certifient, en justifiant de leurs appréciations, que les comptes annuels sont réguliers et sincères, et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice écoulé (c'est-à-dire l'année écoulée) ainsi que de la situation financière... à la fin de cet exercice. »

En somme, un commissaire aux comptes est un gage de sérieux.


La FINC s'engage avec la CGPME-NC

La CGPME, Confédération générale des petites et moyennes entreprises, est une organisation patronale interprofessionnelle, privée et indépendante, dont la représentativité est officiellement reconnue.

Elle assure la représentation et la défense de l'ensemble des petites et moyennes entreprises, tous secteurs confondus (industrie, commerce, services, artisanat), au niveau national, tant auprès des pouvoirs publics que des partenaires sociaux, ainsi qu'au niveau international. Présidée par Monique Jandot (notre photo), la CGPME-NC regroupe à la fois des fédérations professionnelles et des structures territoriales interprofessionnelles. En juillet 2009, nous avons engagé les discussions avec la CGPME-NC, en collaboration avec le Syndicat des commerçants et le BTP-NC. La CGPME-NC a accepté, avec l'accord de la CGPME France, de réformer ses statuts et son organisation interne pour mettre sur pied ce partenariat. Et en novembre 2009, à l'occasion du premier salon Planète PME, organisé par la CGPME-NC, nous avons ainsi signé une convention de partenariat, sous l'égide de M. François Roubaud, le Président de la CGPME France. Cet accord nous garantit notre spécificité au travers de la CGPME-NC, et nous donne une totale légitimité, comme seule fédération professionnelle sectorielle en charge des dossiers de l'industrie.

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
1673

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production