Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
19 Juil. 2011

Vie chère : les syndicats sur le front

L’Intersyndicale n’entend pas baisser la garde et attend des propositions concrètes des politiques.
L’Intersyndicale n’entend pas baisser la garde et attend des propositions concrètes des politiques.

Paru dans :

Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
3148

Ils étaient quelque 20 000 personnes à Nouméa, Lifou et Koné, en mai dernier, à crier leur ras-le-bol de la vie chère. Plus déterminée que jamais, l’Intersyndicale entend poursuivre les négociations pour aboutir à des réformes et des accords économiques et sociaux.

«  Nous avons fixé notre calendrier et nous n’y toucherons pas. Le 30 septembre, il nous faudra des réponses et des avancées, sinon, nous engagerons une grève générale illimitée sur tout le pays. » L’Intersyndicale n’entend pas baisser la garde. Depuis la marche du 17 mai dernier, elle a entamé une série de rencontres de tous les partis politiques en place au Congrès et au gouvernement. Seul le parti travailliste n’a pas encore donné de date. « De toutes ces démarches, il ressort que tous sont d’accord sur le principe d’accords économiques et sociaux, remarque Didier Guénant-Janson lors de la conférence de presse organisée le 5 juillet dernier, mais pour l’instant, rien n’est engagé. Nous leur avons remis une plateforme commune et nous voulons des réponses. Pour l’heure, nous n’avons rien négocié, ni réformé. Les élus se rendent-ils bien compte des risques ? », s’interrogent les syndicalistes qui réaffirment leur volonté de négocier et de ne pas se voir imposer d’accords.

Ils réclament une mission de la haute autorité de la concurrence

« Nous sommes inquiets de ne pas avoir de retour, complète Christophe Coulson, président de l’UTCFE-CGC. Nous voulons construire ensemble, mais il ne faudrait pas attendre les 15 derniers jours du délai pour négocier. Il est évident que tous les travaux ne seront pas terminés fin septembre, mais nous voulons un calendrier, à l’instar de ce qui s’est fait avec l’agenda social partagé. »
Dans le même temps, l’Intersyndicale a adressé un courrier aux présidents du gouvernement et du Congrès afin d’entrer en discussion avec les groupes politiques, pour élaborer et signer des accords économiques et sociaux. À cette fin, ils ont exprimé leur souhait de voir cette démarche accompagnée par un certain nombre d’experts. « Une convention-cadre a d’ailleurs été signée en ce sens entre l’État et la Nouvelle-Calédonie le 20 septembre 2010 », appuie Didier Guénant-Janson. Raison pour laquelle l’Intersyndicale « sollicite la venue d’une mission de la haute autorité de la concurrence pour nous assister dans nos discussions, expertiser le domaine de la concurrence et éclairer nos décideurs sur une matière transférable (le droit commercial). »

Ils dénoncent la décision du président de la province Sud

Les syndicalistes sont également revenus sur l’actualité commerciale du moment. « Nous n’acceptons pas la décision prise par le président de la province Sud d’accorder au groupe Lavoix de construire un troisième hyper à Dumbéa, et ce, en dépit de l’avis défavorable de la CPUC (commission consultative provinciale d’urbanisme commercial), s’est exprimé Joao d’Almeida. De même que nous nous élevons contre sa volonté de supprimer cette commission qui lui autoriserait alors toute décision sans avis préalable. » En réaction, l’Intersyndicale a été reçue par le CES (Conseil économique et social) pour leur préciser qu’il n’y avait pas d’urgence à modifier cette CPUC. « Non, nous ne faisons pas une fixation sur ce 3e hyper, c’est une question d’actualité, et nous ne sommes à la solde de personne, s’est insurgé Tony Dupré, membre de la CSTNC. On nous dit que, sans cette commission, il n’y aura plus besoin d’accord pour s’installer. Or, les études le prouvent. Il y a de la place pour un troisième hyper, pas pour un 4e. Et en donnant son accord au groupe Lavoix, cela ferme à tout jamais le marché de la concurrence. »
Jusque-là, personne n’a véritablement réagi à l’annonce de l’achat du groupe Lavoix par le groupe Hayot. Et ce n’est un secret pour personne : ce sont d’énormes dividendes qui vont quitter le Territoire. Or il y a un équilibre économique, déjà tendu, à maintenir. « Mais comment ? »

Traiter la question dans le cadre d’un projet économique et social global

De son côté, la FINC souhaite avancer sur les dossiers de fond. « Lutter contre la vie chère n’est pas simple, d’autant moins que nous nous inscrivons dans un contexte international propice à une diminution des coûts et à une augmentation des matières premières », explique-t-elle. Jusqu’à présent, une série de mesures ont été initiées, mais depuis six mois, les travaux tournent au ralenti, voire sont totalement arrêtés. « L’heure est à la prise de décisions qui doivent être associées à une évaluation de la politique publique. Chaque décision doit répondre à un objectif quantifiable, évaluable et mesurable. »

Parmi les mesures proposées, la mise en place de la TVA apparaît comme l’une des réponses phares pour lutter contre la vie chère, mais « personne n’en a encore fait la démonstration », tient à faire remarquer la Fédération. Clairement, le sujet est complexe, mais « doit être traité dans le cadre d’un projet économique et social global. » Les organisations d’employeurs et de professionnels ont eu dix jours pour se concerter et faire des propositions concrètes. Ce qu’ils ont fait. Et depuis, ils attendent…

Certes il avait été dit haut et fort que les tribulations des politiques calédoniens n’interfèreraient pas sur la vie économique. Mais force est de constater que ces atermoiements des uns et des autres n’ont pas aidé à la prise de décision. La fable le dit : « rien ne sert de courir, il faut partir à point »… Il est maintenant temps de partir.

Charlotte Antoine

Les propositions du gouvernement

Le gouvernement a adopté, le 21 juin dernier, des projets de résolution sur :
Réforme de la fiscalité indirecte (mise en place d’une TVA en remplacement des taxes existantes) :

  • juillet-août 2011: rédaction des textes,
  • septembre 2011 : transmission des textes au Congrès et concertation avec les partenaires sociaux,
  • septembre-novembre 2011 : processus législatif au gouvernement et au Congrès,
  • 1er semestre 2012 : concertation avec les acteurs économiques sur la rationalisation des protections douanières,
  • 4e trimestre 2012 : communication externe et formation,
  • 1er janvier 2013 : mise en œuvre de la réforme et instauration de la TVA.

Réforme de la fiscalité directe :

  • novembre 2011 : état des lieux,
  • 1er semestre 2012 : simulation de la réforme,
  • 2e semestre 2012 : processus législatif,
  • Début 2013 : mise en œuvre de la réforme de la fiscalité directe.

Etude sur la fiscalité des secteurs miniers et métallurgiques : d’ici la fin de l’année

Projet de délibération relatif au blocage des loyers des locaux à usage d’habitation, pour une période d’un an à compter de la date d’entrée en vigueur de cette délibération. À l’issue de cette période de douze mois, la majoration des loyers sera limitée à 2 %.

Projet de délibération portant création du fonds de garantie sur terres coutumières.

Le gouvernement a effectivement commencé à adopter des projets de résolutions. Mais face à l’enjeu de la vie chère, ces premiers pas méritent un plan plus construit et qui ne fasse pas abstraction de pans entiers du problème. Il faut commencer par un bout, mais il faut aussi traiter le dossier dans sa globalité… Un peu de visibilité sur l’ensemble du plan prévu, tel qu’il sera sûrement détaillé dans le discours de politique générale du nouveau gouvernement, pourrait être un signe fort pour les Calédoniens.


Paru dans :

Dans la rubrique
À la une
Nombre de vues
3148

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production