Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
12 Aoû. 2013

Responsabilité Sociétale de l’Entreprise : éthique et transparence

Responsabilité Sociétale de l’Entreprise :  éthique et transparence

Paru dans :

Dans la rubrique
Développement durable
Nombre de vues
1800

Comment limiter l’impact de l’activité de l’entreprise sur l’environnement et les individus ? La question résume le principe. Le champ des réponses est large : bien-être des employés, loyauté des pratiques commerciales, respect des droits de l’Homme...

Quand on aborde la Responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE), on pense tout de suite à « réduction de l’impact environnemental ». Un réflexe juste mais réducteur. Cette vision stratégique se positionne en fait sur les trois piliers du développement durable, amenant l’entreprise à travailler sur plusieurs axes : environnemental, sociétal et social (relations avec les salariés). « La RSE permet des économies d’énergie, d’eau et d’intrants, incite à l’innovation et à la qualité, apporte une meilleure motivation des salariés et peut contribuer à améliorer l’image de l’entreprise », explique Catherine Guillaume, gérante de Solutions, une agence spécialisée dans la RSE.
« Elle concerne tous les services et niveaux hiérarchiques de l’entreprise, chacun des employés est emmené dans la démarche. Il ne s’agit pas de chambouler sa structuration du jour au lendemain ; c’est un investissement en changement et en temps, une façon de repenser l’entreprise. »

Une vision stratégique peu connue

Depuis plusieurs décennies, la Responsabilité sociétale de l’entreprise se développe partout dans le monde. L’argument économique - les grandes entreprises l’ont vite compris - assure la pérennité de l’activité dans un contexte futur de raréfaction des ressources. Le Premier ministre français a d’ailleurs récemment affirmé qu’en France, plus de la moitié des entreprises de plus de 50 salariés étaient aujourd’hui impliquées dans la RSE. « En revanche, en Nouvelle-Calédonie, il n’existe pas encore de réelle impulsion du côté des petites et moyennes entreprises. Ici, la RSE est surtout adoptée par les grandes sociétés », constate Catherine Guillaume, avant de citer en exemple le Pacte pour le développement durable du Grand Sud, signé entre Vale NC et les communautés du Grand Sud.   

Les bons élèves

Selon la spécialiste, la Société Immobilière Calédonienne est l’entreprise locale la plus avancée dans la démarche. « Objectifs de parité homme-femme, emploi de personnes en situation de handicap, accueil de stagiaires constituent quelques-unes des mesures prises par la direction sur le pôle interne. Au niveau environnemental, la SIC s’attache à suivre le référentiel de construction HQE (haute qualité environnementale) et au niveau sociétal, elle s’inscrit dans un objectif d’habitat adapté au mode de vie océanien. » Autre exemple avec la GBNC qui travaille à la prévention de l’usage nocif de l’alcool et qui a proposé un temps des cours de taï-chi à ses salariés : revitalisés et détendus, ils ont gagné en efficacité et réduit leur stress. Pour Catherine Guillaume, de tels choix sont possibles pour les TPE et PME. « Je pense que les chefs d’entreprise locaux sont intimement persuadés de la nécessité de la démarche, mais ne sont pas suffisamment renseignés sur la RSE ; certains doivent en faire un peu sans le savoir et de façon désordonnée. » Et de conclure par un constat : « Aujourd’hui, la transparence est indispensable. Sans éthique, on risque très gros : la perte de confiance des consommateurs, voire la mort de l’entreprise. »  Médiator, Spanghero, Diane 35, les prothèses mammaires PIP…, les scandales sanitaires à répétition sont malheureusement là pour le rappeler.  
Coralie Chaillan

Jean-Marc Ayrault lance une plateforme dédiée à la RSE

« Je suis convaincu que la RSE peut devenir un atout pour la compétitivité de nos entreprises innovantes. Sur notre territoire, mais aussi à l’export, car elle s’impose aujourd’hui comme un standard incontournable sur les marchés internationaux. » C’est en ces termes que le Premier ministre a annoncé en juin dernier la création d’une plateforme dédiée à la RSE.

La norme ISO 26000

L’ISO 26000 présente des lignes directrices pour tout type d’organisation cherchant à assumer la responsabilité des impacts de ses décisions et activités et en rendre compte. Sept questions centrales ont été identifiées : la gouvernance de l’organisation, les droits de l’Homme, les relations et conditions de travail, l’environnement, la loyauté des pratiques, les questions relatives aux consommateurs, les communautés et le développement local.

Paru dans :

Dans la rubrique
Développement durable
Nombre de vues
1800

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production