Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
11 Oct. 2016

Transition énergétique en vue...

De gauche à droite : Serge Darmizin, vice-président de BTP-NC, Dominique Cheveau, directeur du CHT, et Philippe Dunoyer, membre du gouvernement, en charge notamment de l'énergie, lors de la présentation à la presse du Schéma pour la transition énergétique .
De gauche à droite : Serge Darmizin, vice-président de BTP-NC, Dominique Cheveau, directeur du CHT, et Philippe Dunoyer, membre du gouvernement, en charge notamment de l'énergie, lors de la présentation à la presse du Schéma pour la transition énergétique .

Paru dans :

Dans la rubrique
Développement durable
Nombre de vues
163

Le 13 septembre dernier, le gouvernement a fixé la programmation pluriannuelle des investissements de production électrique en cohérence avec l'adoption du Schéma pour la transition énergétique. L’objectif vise à accroître la production d’énergies renouvelables pour répondre à 100 % aux besoins de la consommation publique et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Ce n'est pas un scoop. La Nouvelle-Calédonie est tributaire à 96 % des énergies fossiles. Une dépendance qui la rend très vulnérable sur le plan de l’approvisionnement énergétique en charbon et pétrole. À cela il faut ajouter une exploitation faible des énergies renouvelables qui ne couvrent que 11 % de la production électrique sur le Territoire. 

Le Schéma pour la transition énergétique de la Nouvelle-Calédonie (STENC), voté par le Congrès le
23 juin, a pour enjeu de renverser cette tendance. Le STENC a été également présenté en tant que contribution de la Nouvelle-Calédonie dans le cadre des accords internationaux conclus lors de la 21e COP21 qui s’est tenue à Paris, en décembre 2015. « Ce texte est une feuille de route ambitieuse qui va emmener la Nouvelle-Calédonie jusqu'en 2030 et va permettre la coordination des actions de l’ensemble des acteurs concernés par la transition énergétique  », relève Philippe Dunoyer, membre du gouvernement, en charge notamment de l'énergie.

91 pistes d’actions 

Le STENC est articulé autour de trois grands volets : un vaste programme d’économie d’énergie, le développement des énergies renouvelables et une réduction significative des gaz à effet de serre. Il propose au total 91 pistes d’actions dont « l'une est la création d’une agence de l’énergie qui viendrait remplacer le comité territorial pour la maîtrise de l’énergie (CTME) et sera en charge de la mise en œuvre des orientations du Schéma », précise Philippe Dunoyer. 

115 milliards 

Le 13 septembre dernier, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a fixé une programmation pluriannuelle des investissements (PPI) de production électrique, sur la période 2016-2030, afin d'atteindre les objectifs dictés par le Schéma pour la transition énergétique. La PPI vise à autoriser 193 MW de puissance renouvelable par rapport à la puissance autorisée aujourd'hui de 153,7 MW. Les énergies renouvelables représentent un enjeu colossal pour le territoire. En 2020, elles couvriraient 38 % de la distribution publique de la Grande Terre, 100 % en 2030. Ce qui porterait à 23 % leur part dans le mix énergétique à l'échelle de la Nouvelle-Calédonie. Concernant les îles, le but visé est qu'elles atteignent l'autonomie électrique. Cette transition énergétique nécessite que le gouvernement investisse environ 115 milliards de francs. Mais opter pour cette programmation de développement des énergies renouvelables, c'est aussi éviter l'importation de combustible de 49 millions de francs sur la même période, de réduire l'émission de 3,5 millions de tonnes de CO2, de contribuer en moyenne à la croissance économique annuelle du territoire de 0,6 % du PIB, et d'induire 150 emplois pérennes. 

Frédérique de Jode

Quels objectifs sur 15 ans ?

  • Réduire de 20 % la consommation énergétique primaire (avec secteur de la mine et métallurgie) et de 25 % la consommation finale (hors secteur de la mine et métallurgie).
  • Doubler la part du renouvelable pour atteindre une production de source renouvelable représentant 100 % de la consommation d’électricité de la distribution publique sur la Grande Terre et l’autonomie électrique dans les îles Loyauté.
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 35 % dans les secteurs résidentiel et tertiaire, 15 % dans le secteur des transports et 10 % dans le secteur de la mine et de la métallurgie.

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Développement durable
Nombre de vues
163

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production