Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
17 Aoû. 2010

Que deviennent nos déchets ?

Que deviennent nos déchets ?

Paru dans :

Dans la rubrique
Développement durable
Nombre de vues
2147

Depuis sa création en juillet 2008, Trecodec s’est attelé à la lourde charge d’organiser les filières de collecte et de recyclage des piles, des batteries, des huiles, des pneus et des voitures. Concrètement, que fait-on de ces déchets ? Made In a suivi leurs traces…

L’an dernier, Trecodec a mis sur pied l’organisation de cinq filières de déchets. Sur le terrain, la collecte est assurée par des opérateurs extérieurs à l’éco-organisme dont il assure la logistique. Ce sont les vidangeurs et les opérateurs de transport de déchets qui vont récupérer les déchets dans les points d'apport volontaire, également appelés bornes de collecte, implantés par Trecodec.
Le traitement consiste ensuite au recyclage, à la réutilisation et à la valorisation des déchets collectés. Ils diffèrent selon la nature du produit récupéré. Les accumulateurs usagés au plomb, autrement dit les batteries, sont réceptionnés dans des bacs spécialement conçus, installés pour la plupart chez les garagistes et dans les stations-service. Une fois plein, ce bac à batteries est transporté dans une entreprise calédonienne de recyclage. Après avoir bénéficié d’un conditionnement particulier, les batteries sont exportées vers des centres de traitement spécifiques en Nouvelle-Zélande et Australie.

Des matériaux réutilisés

Comme pour les batteries, le tri et la collecte des pneumatiques usagés sont souvent assurés par les professionnels de l’automobile, lors du changement de pneus. Ceux-ci sont récupérés et déposés dans des bennes. Une fois pleines, les bennes sont transportées sur le site de l'installation de stockage des déchets (ISD) de Gadji. Qui dit recycler dit aussi réutiliser un matériau, plutôt que d'en créer un nouveau qui serait consommateur d'énergie, d'eau, etc. Par exemple, les pneumatiques sont réutilisés comme matière drainante dans les fonds de casiers de l'ISD. Dans le même ordre d’idées, les huiles sont collectées dans près de 250 points de collecte dans les provinces Sud, Nord et Îles ; une fois placées par les vidangeurs, les huiles sont réutilisées à la production d'énergie. Les piles, accumulateurs, batteries d'ordinateurs et de téléphones portables sont relevés dans plus de cinquante bornes de collecte publiques, sans compter celles dites professionnelles en entreprises. L'opérateur de Trecodec récupère les bacs puis trie, à la main, ces déchets. Il les classe par catégorie, en fonction de leur composition et leur dangerosité. Mis en fûts ou en bacs, les déchets sont ensuite conditionnés pour l’exportation vers des centres de traitement spécifiques situés en Nouvelle-Zélande, en Australie ou en métropole. La cinquième et dernière filière organisée par Trecodec concerne les véhicules en fin de vie. Tout propriétaire peut déposer gratuitement son véhicule dans un des trois Points d'apport volontaire agréés par l’éco-organisme. Le véhicule sera alors dépollué par le retrait des matières polluantes comme les huiles, les batteries, les pneus, qui seront à leur tour collectés et recyclés. Le véhicule sera ensuite démonté puis compacté, avant que sa carcasse métallique ne soit elle aussi exportée.

made_in_19-48

Paru dans :

Dans la rubrique
Développement durable
Nombre de vues
2147

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production