Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
05 Avr. 2011

La province Nord recycle

La province Nord recycle

Paru dans :

Dans la rubrique
Développement durable
Nombre de vues
1716

La collecte et le traitement des déchets deviennent plus homogènes sur le territoire. Après la province Sud en 2008, le Nord vient de donner son feu vert pour collecter certains déchets polluants. Un dispositif qui devrait démarrer ce mois d’avril.

Piles, batteries, huiles, pneus usagés, véhicules hors d'usage. Ces déchets dangereux pour l'environnement font désormais l'objet de tri et de recyclage depuis deux ans en province Sud. Sur le principe de la responsabilité élargie des producteurs, ce sont les importateurs et les fabricants locaux de ces cinq produits qui doivent assurer la collecte, le traitement et le financement du dispositif. Pour se décharger de cette obligation et mutualiser les coûts, un éco-organisme à but non lucratif, Trecodec, a été créé. C'est ce même organisme qui a été choisi par la province Nord pour mettre en œuvre ce système de collecte, de tri et de recyclage, l'institution ayant émis le souhait de réglementer ses déchets polluants cette année. « Certes, il n'y avait pas de réglementation en province Nord, mais des initiatives de traitement et de recyclage de certains produits nocifs pour la faune et la flore existaient déjà. » C’est le cas des piles et des batteries qui sont déjà collectées, lors d'opérations ponctuelles, pour être recyclées. Ou encore des huiles qui le sont depuis janvier 2009 sur toute la province, y compris à Belep. « Il faut savoir que sur les 150 entreprises en province Sud  qui sont adhérentes de Trecodec, certaines sont amenées à se développer sur le territoire ou ont des filiales dans le Nord », rappelle Angèle Champagnac, responsable administrative et opérationnelle des filières de déchets recyclables chez Trecodec.

Gérer les stocks historiques

Toujours est-il que la province Nord a souhaité aller plus loin, en décidant la collecte des stocks historiques de piles et de batteries au plomb usagées. La première phase de l'organisation de cette opération va consister à informer les entreprises, mais également les particuliers, sur le dispositif. « Viendra ensuite la phase de la gestion des stocks historiques sur les piles et les batteries s’étalant sur six mois. » La gestion de la collecte ne peut se réaliser sans la mise en place de points d'apport volontaire. Il est prévu d'en installer une trentaine pour les batteries, une quarantaine pour les piles. Chaque commune sera, a minima, équipée d'un point de collecte. Le dispositif sera opérationnel en avril prochain. Un bon point pour la préservation de l'environnement.

Un chiffre : 100 francs

C’est en moyenne par mois ce que coûte à un foyer l’écoparticipation. Sur la base du principe du pollueur/payeur, le consommateur qui utilise ces cinq produits polluants paye leur traitement.

Frédérique de Jode

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Développement durable
Nombre de vues
1716

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production