Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
05 Avr. 2011

Air Calédonie soutenue par l’aide publique

Air Calédonie soutenue  par l’aide publique
Photo : Marc Le Chélard

Paru dans :

Dans la rubrique
Du Nord aux Îles
Nombre de vues
3389

Depuis 2010, la Nouvelle-Calédonie et les trois provinces ont conjointement décidé d’accompagner Air Calédonie dans la mise en œuvre d’un plan destiné à restaurer son équilibre financier. Parallèlement aux efforts fournis par la Compagnie, deux conventions viennent d’être signées le 22 février dernier, pour couvrir le déficit des lignes à faible trafic.

Air Calédonie, acteur majeur de désenclavement, de rééquilibrage et de développement du territoire calédonien, était, fin 2009, à la limite de la cessation de paiement, après trois exercices déficitaires (800 MF de pertes cumulées) et des mouvements sociaux internes très durs. La Chambre territoriale des comptes et les cabinets d’audit missionnés par le gouvernement ont identifié plusieurs causes de fond à cette situation, et notamment une offre excédentaire (ATR 72 en location), générant un faible taux de remplissage ; une productivité insuffisante, liée en partie à un problème de longueur des pistes ; un prix de revient très élevé par siège, à relier à la productivité, mais aussi à certaines charges, dont la masse salariale ; un tarif très avantageux accordé aux résidents des îles ; et un déficit des lignes à faible trafic, insuffisamment compensé par les collectivités.

Plan de redressement

À la suite de ces audits, un plan global de redressement a été conçu par la Nouvelle-Calédonie et les trois provinces, visant à restaurer durablement l’équilibre financier de la Compagnie par une diminution de ses dépenses, une augmentation de sa productivité (tant en interne que par l’amélioration des infrastructures aéroportuaires), des modifications tarifaires et une révision des aides publiques. Les mesures prises par Aircal ont déjà permis un redressement notable de ses comptes.
Mais il reste indispensable, comme l’avait souligné la Chambre territoriale des comptes, de voir les collectivités identifier plus clairement leurs attentes vis-à-vis de la Compagnie et compenser financièrement leurs exigences en matière de maintien des lignes déficitaires et de tarifications accordées à certaines catégories d’usagers.
Le déficit d’exploitation pour la desserte de Touho et de Koumac/Bélep était jusqu’en 2008 intégralement remboursé à Air Calédonie par la province Nord. Depuis fin 2009, la province conditionne toute subvention de sa part à un cofinancement par la Nouvelle-Calédonie ou par l’Agence pour la desserte aérienne de la Nouvelle-Calédonie (ADANC). Non financée, Air Calédonie a interrompu en mars 2010 la desserte de Touho.
Après de nombreuses discussions, deux conventions ont vu le jour, l’une pour les Îles, l’autre pour le Nord. Celles-ci prennent en compte la demande de la province des îles Loyauté, qui a souhaité la création d’un service aérien direct entre Lifou et Ouvéa, et celle de la province Nord, qui a demandé respectivement 4 et 6 vols par semaine sur les lignes de Touho et Koné.

Objectif de trafic

Ces conventions prévoient que les charges d’exploitation prises en compte par la convention soient forfaitisées, de sorte que la Compagnie est désormais contrainte de maîtriser ses coûts. Elle se voit également fixer un objectif de trafic pour chaque ligne, avec un plafonnement de la subvention en cas de trafic insuffisant, et, au contraire, une subvention supérieure au déficit si le trafic dépasse l’objectif. Enfin, la Compagnie est soumise à des pénalités en cas d’annulation de vols ou de retards de plus d’1 h 30.
La province des Îles prendra intégralement en charge la ligne de Tiga, comme c’est le cas aujourd’hui, ainsi que l’inter-îles, créé à sa demande. De son côté, la Nouvelle-Calédonie maintient sa prise en charge de 4 liaisons hebdomadaires vers Koné, mais y rajoute - du fait de leur situation géographique et démographique, et de la présence de services publics et d’activités de tourisme - la desserte de Touho et Koumac, à raison de 2 liaisons hebdomadaires, à titre de service minimum.
La province Nord finance quant à elle les liaisons Koumac-Bélep, et les 2 liaisons par semaine vers Koné et Touho qu’elle a demandées en sus des vols pris en charge par la Nouvelle-Calédonie.

Charlotte Antoine

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Du Nord aux Îles
Nombre de vues
3389

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production