Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
26 Nov. 2011

Énergie : des pistes pour consommer moins

Énergie : des pistes pour consommer moins

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
3471
Entreprise(s) citée(s)

Onze entreprises ont participé au prédiagnostic énergétique proposé par la Dimenc et l’Ademe dans le cadre du Comité territorial pour la maîtrise de l'énergie. L'objectif de cette initiative était de réduire leur consommation énergétique. Deux entreprises, Bluescope Steel et ESQ, reviennent sur les conclusions de l'étude et sur les leviers qu'elles ont ensuite adoptés.

En juin dernier, la Dimenc a restitué aux onze entreprises, qui ont participé au prédiagnostic énergétique, l'étude réalisée pour chacune d'entre elles concernant l'identification de leurs postes gros consommateurs d'électricité. Une étude qui a permis d'établir un état des lieux de leur consommation énergétique et d'apporter des pistes d'amélioration et des plans d'action. « Bien que nous ne soyons pas certifiés IS0 14001, mais ISO 9001, précise Cécile Chamboredon, responsable des achats et QSE chez Bluescope Steel, nous avons été intéressés par ce prédiagnostic énergétique. Il offre un avis extérieur sur notre consommation énergétique, tout en mettant l'accent sur les pistes à mettre en œuvre pour la diminuer. En outre, il s'inscrit totalement dans la démarche environnementale que nous développons de manière poussée, à l'image du groupe international auquel nous appartenons. » Même constat chez ESQ, Établissements de Saint Quentin, spécialisé dans le matériel eau et assainissement. Selon Alain Ledunois, directeur technique : « Le prédiagnostic énergétique a mis en lumière la proportion des énergies consommées par les différents secteurs, que ce soit la production, le poste de la climatisation, de l'éclairage, et de l'informatique. Pouvoir établir le niveau de consommation de chaque secteur permet ainsi de mieux réfléchir sur la problématique de la facture d'électricité et prendre des mesures adéquates pour la réduire. » 

Pour la partie usine : peu de leviers

Néanmoins, pour ESQ ou Bluescope Steel, dont le cœur de métier est la transformation de l'acier, il est extrêmement difficile de réaliser des économies d'énergie sur la partie industrielle, qui est la plus énergivore. « La production de notre usine représente 71 % de notre consommation d'énergie globale, confirme Alain Ledunois. Il est très difficile d'agir sur ce secteur dans la mesure où le système de chauffe des machines fonctionne à l'électricité, et la puissance des moteurs n'est pas modifiable. » Seule solution qui s'impose : remplacer les machines existantes, lorsqu'elles sont défectueuses, par des machines nouvelle génération qui sont moins consommatrices d'énergie. « Depuis la réalisation du prédiagnostic, nous avons changé les deux machines les plus anciennes par des machines moins énergivores, explique Cécile Chamboredon. Nous pensons également poursuivre l'étude, comme nous l'ont suggéré les deux auditeurs, en mettant sur chacune de nos cinq machines un compteur qui permettra ainsi de déterminer leur consommation réelle. Pour la partie usine, nous avons déjà mis en place sur la toiture des tôles translucides qui permettent d'éclairer naturellement les lieux toute la journée et régulent la température. Cet investissement a été amorti sur trois ans, avec un gain annuel de 500 000 francs sur notre facture d'électricité. »

Miser sur l'éclairage et la climatisation

Le prédiagnostic a ainsi davantage déterminé les économies à réaliser sur la partie bureaux. Elles concernent surtout l'éclairage et la climatisation, qui sont des postes importants pour toute entreprise. « Après l'étude, nous avons changé l'éclairage de notre magasin par un éclairage à induction, poursuit Alain Ledunois. Nous réfléchissons également sur le poste climatisation, qui représente 8 % de notre consommation. » Pour Bluescope, le prédiagnostic a conseillé de remplacer les halogènes par des LED, les anciens néons par des néons plus performants, et les ordinateurs fixes par des portables. « Nous allons mettre en place au fur et à mesure ces préconisations, souligne Cécile Chamboredon. En revanche, nous n'allons pas changer les climatiseurs pour une centrale, car l'investissement est trop important. » D'une manière générale, le prédiagnostic a aussi permis aux onze industriels d'échanger sur leur problématique énergétique et de sensibiliser à nouveau le personnel aux bonnes pratiques environnementales. « Nous avons organisé des formations environnementales dans un esprit ludique et avons travaillé, conclut  Cécile Chamboredon, sur le domaine de l'énergie en mettant en place des miniprojets par groupe pour améliorer notre démarche environnementale.» 

Frédérique de Jode

Les plans d'action

Suite au prédiagnostic, deux plans d'action ont été proposés à Bluescope Steel. 

  • Le plan d'action n° 1 - qui comprend des investissements légers - consiste à mettre en place des ordinateurs portables, de nouveaux néons, des LED, et de repérer des fuites sur le réseau à air comprimé. L'investissement a été chiffré à 330 000 francs environ, pour un gain annuel sur la facture d'électricité de 123 000 francs, soit un investissement amorti sur trois ans. 
  • Le plan d'action n° 2, qui inclut le changement des climatiseurs et les moteurs des machines, atteint un investissement de 2,6 millions de francs, pour un gain de 246 000 francs par an.

Le dispositif Graine

Le prédiagnostic énergétique a été pris en charge financièrement à 70 % par l'association Graine. Une structure qui permet d'accompagner les entreprises calédoniennes qui souhaitent maîtriser leur énergie et oeuvrer pour la protection de l'environnement. Graine intervient techniquement afin de concrétiser un projet environnemental, et l'agrée afin que l'entreprise puisse bénéficier d'un prêt bancaire à taux préférentiel, le PEME (prêt pour l'environnement et la maîtrise de l'énergie).

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
3471
Entreprise(s) citée(s)

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production