Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
05 Avr. 2012

NC2025 entre dans sa phase finale

NC2025 entre dans sa phase finale

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
1607

Opération conjointe de l’État et du gouvernement, initiée avec les Accords de Nouméa, NC2025 a pour mission de réaliser le schéma d’aménagement et de développement à échéance de 2025. 

« La première phase de diagnostic, très participative, a consisté à faire une photographie de la situation de la Calédonie pour pouvoir déterminer un certain nombre d’enjeux », rappelle Laurent Chatenay, chef du service Aménagement et planification (SAP) du gouvernement. La phase suivante, plus stratégique, a permis de traiter ces différents enjeux et d’avoir une approche plus prospective. Celle-ci doit permettre de voir les évolutions possibles et le développement socio-économique du pays, en fonction des tendances identifiées et des enjeux établis lors du diagnostic.

« Nous entrons dans la deuxième phase, plus stratégique, qui va s’organiser sous la forme de trois séminaires thématiques avec un public d’experts », reprend le chef de service. Le premier sur le thème Citoyen, a eu lieu les 22 et 23 février et avait pour objectif de définir comment créer du lien social, entre les différentes composantes de la société calédonienne. « Gilbert Tuyenon, pilote de l’opération au sein du gouvernement, souhaitait en effet mettre l’homme au centre du système. Car on peut avoir un modèle de développement, de croissance, mais sans la composante humaine, il est difficile de construire un projet de société pérenne. »

Le deuxième séminaire s’est déroulé les 14 et 15 mars à Lifou sur le thème de l’aménagement et du développement. Il a examiné les modèles de développement que l’on peut construire et tenté de répondre à différentes questions comme Comment optimiser l’exploitation de notre nickel ? Comment organiser et créer nos sources de ressources de potentiel propres, dans quel domaine ? Comment ces modèles de développement sont-ils susceptibles d’impacter l’aménagement du territoire, l’organisation des transports ? Qu’en est-il du phénomène d’hyperurbanisation ? 

La phase de rédaction terminée fin juillet

Le dernier séminaire a pour thème la croissance. Il devrait avoir lieu à Poindimié. Il va consister à savoir comment optimiser, pérenniser les ressources du pays. « Au terme de ces séminaires, nous allons entrer dans la phase de rédaction pour produire le schéma d’aménagement et de développement qui va proposer un certain nombre d’orientations de politique publique », indique Laurent Chatenay. Car si les gouvernements changent, la volonté politique reste forte de mener ce projet de schéma d’aménagement à son terme. « Ces orientations devront être validées par le comité de pilotage du projet, constitué de l’État, du gouvernement, des trois Provinces, des représentants des deux associations de maires, du CES et du sénat coutumier. Le schéma sera également soumis à la validation de toutes ces composantes et présenté au congrès. Il devrait être fini début juillet. Le processus de validation devrait être achevé, quant à lui, d’ici la fin de l’année. » Au final, ce schéma d’aménagement devrait permettre d’orienter les politiques et de donner le cap pour les prochaines années…

Un train en Calédonie ? Des premiers résultats étonnants

Le SAP a mené l’étude de projet de réalisation d’une voie ferrée, afin d’en examiner la faisabilité. Selon les résultats, ce projet pourrait devenir un élément de réflexion à intégrer dans le schéma global des transports, lui-même composante du schéma d’aménagement 2025. « On l’avait toujours considéré comme un projet pas réalisable, indique Laurent Chatenay, mais plutôt que de le dire de manière intuitive, nous avons monté un modèle financier pour en vérifier sa faisabilité. Pour ce faire, nous avons pris contact avec les Réseaux ferrés de France à qui nous avons demandé leurs ratios de construction et d’exploitation au kilomètre. Ratios que nous avons pondérés, et nous avons construit un modèle financier. Les premiers résultats nous ont étonnés. Il est certain que c’est un projet important, mais peut-être pas aussi irréalisable que nous le pensions. L’une des raisons tient à la technologie ferroviaire qui a beaucoup évolué. Ainsi, avec un train pendulaire, il ne serait plus nécessaire de relever des pentes, ce qui coûte très cher. » Fort de ce modèle, le SAP a pris attache auprès de la société française Sistra, véritable expert, présente dans 150 pays, afin qu’elle réalise une étude de pré-faisabilité.  « À l’issue de cette première étape, elle nous dira si c’est un projet économiquement viable, nous indiquera un tracé préféré et amènera certaines réflexions sur le plan de financement du projet. Si les résultats sont favorables, nous passerons à l’étude de faisabilité, qui entrera dans l’ingénierie détaillée du projet et estimera les coûts et le tracé précisément. »La perspective d’avoir une voie ferrée conduit à de nombreuses réflexions en matière d’aménagement du territoire. « Ce pourrait être un formidable levier pour le développement de la Calédonie. » 

Charlotte Antoine

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
1607

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production