Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
05 Avr. 2012

Anticiper pour mieux gérer

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
3199

En Nouvelle-Calédonie, la démarche de la GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) est relativement récente. Elle vise principalement les entreprises structurées au niveau des ressources humaines (RH).

Aujourd’hui, l’entreprise doit concevoir, mettre en œuvre et suivre des stratégies visant à réduire l’écart entre ses besoins et ses ressources en termes de personnel. En ce sens, la GPEC est devenue une des préoccupations majeures de la gestion des RH. Une gestion qui s’inscrit également dans la recherche de qualité, liée notamment aux normes ISO au niveau de la production ou de l’environnement. Les entreprises calédoniennes qui s’intéressent à la mise en place de la GPEC en interne cherchent à clarifier et à adapter les ressources humaines à leurs stratégies, aux évolutions du marché et aux mutations technologiques. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les entreprises vont travailler sur une projection à cinq ans afin d’anticiper sur les nouveaux postes, les nouveaux métiers. Cela permet aussi de mettre en avant certaines compétences en interne et de garder ainsi la motivation du personnel, gage de compétitivité. Car il ne s’agit plus de gérer les compétences uniquement comme des ressources, mais bien comme des sources de création de valeur.

Favoriser l’intégration, l’évolution et la reconversion du personnel

La GPEC s’apparente à un grand puzzle, où s’emboîtent les compétences, les besoins, la formation, l’ancienneté du personnel, la gestion des carrières, la stratégie d’entreprise, etc. Pour la mettre en place, il faut pouvoir s’appuyer sur 3 grands axes : le plan de formation, les fiches de poste et les entretiens d’évaluation annuels. Le principe de la démarche est de commencer par un état des lieux des ressources humaines de la structure qui se poursuit par un diagnostic des outils en place. Lesquels vont être utilisés pour des réunions d’information pour les syndicats de salariés, afin d’expliquer la méthodologie et le bien-fondé de cette évolution.

Un comité GPEC (composé de managers uniquement) est ensuite créé avec pour mission de décortiquer chaque « fiche » d’une personne de l’entreprise. Il s’agit de prendre en compte son parcours professionnel interne et externe à l’entreprise, ses contraintes personnelles, ses compétences, ses diplômes oubliés depuis l’entretien d’embauche, ses qualités ou ses défauts afin de la laisser apparaître logiquement dans le « puzzle » de l’entreprise. On favorise alors son intégration, son évolution et sa reconversion.

La mise en place de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences est en général très enrichissante pour une entreprise sur le plan humain, car elle donne l’occasion d’aborder des sujets généralement occultés dans le quotidien de l’entreprise. La GPEC est proposée sur le territoire par tous les organismes de recrutement et de solutions RH. 

Bien entendu, la GPEC n’est pas encore entrée dans toutes les entreprises, et notamment dans les TPE. Et si l’on veut faire avancer les choses, il serait intéressant de leur proposer un accompagnement dans cette démarche.

Mise en avant de souhaitsd’évolution non envisagés

Chez Holcim, la mise en place de la GPEC vient d’une demande formulée par les partenaires sociaux. « C’était une finalisation d’un processus en cours sur les ressources humaines, explique Séverine Habdelkader, responsable financière et RH. C’est un aboutissement des procédures RH. Elle a permis de systématiser la revue des carrières de tous les employés sans exception. » Le comité de GPEC, qui regroupe tout l’encadrement de Holcim, a permis d’avoir une vision partagée et commune de l’ensemble du personnel, en mettant en lumière toutes les interrelations qui existent au sein l’entreprise. « Cela nous a également permis de mettre en avant des souhaits d’évolution que nous n’avions pas envisagés », souligne la DRH. Preuve de la réussite de la démarche, ses conclusions ont été inscrites dans le plan de formation de Holcim. 

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
3199

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production