Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
10 Aoû. 2012

Améliorer le marché du travail est essentiel

Améliorer le marché du travail est essentiel

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
3047

À la demande du Congrès, Étienne Wasmer, codirecteur du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques, et son collaborateur, Quentin David, sont venus en mai dernier pour une première visite dans le cadre d’une mission d’état des lieux de la situation économique et fiscale de la Calédonie. Une seconde visite dans quelques semaines verra rendu leur rapport d’expertise définitif. Éléments de réponse avec Quentin David.

Quentin David, chercheur à l’Université du Luxembourg

Made In : Pourriez-vous définir le modèle économique et social calédonien ?

Dr Quentin David : La Nouvelle-Calédonie est un territoire qui jouit d'une prospérité économique tout à fait remarquable. Son PIB par habitant est légèrement inférieur à celui de la Métropole, mais largement supérieur à celui des départements d'outre-mer et des îles environnantes. Il nous est pourtant apparu que, derrière ces chiffres flatteurs, se cachent certains problèmes structurels auxquels la Nouvelle-Calédonie devra s'attaquer si elle veut que sa situation économique et sociale continue de progresser.

D'un point de vue macroéconomique, cette prospérité repose en grande partie sur l'exploitation des ressources minières et les transferts depuis la Métropole. Ces flux financiers importants induisent certains déséquilibres qui expliquent en partie la formation de prix élevés et les inégalités qu'on peut constater.

Made In : Quelles sont les pistes que vous envisagez pour limiter les effets non vertueux de cette économie ?

Dr Q. D. : Plusieurs problèmes nécessitent plusieurs solutions, et il n'existe malheureusement pas de recette miracle pour tout résoudre d'un coup. Les effets pervers pour l'économie calédonienne de l'exploitation du nickel ont été observés dans d'autres pays. Il s'agit du Dutch disease (syndrome hollandais). Sans entrer dans les détails, le principe de cet effet est le suivant. L'exploitation d'une richesse crée des effets pervers qui ont pour conséquence une atrophie du secteur manufacturier et une augmentation des prix. La littérature économique propose différents outils pour combattre cet effet. Il convient, en tous cas, de respecter une règle de bonne gestion simple. Puisque cette ressource naturelle constitue un actif, il faut veiller à ne pas en dilapider la valeur dans le financement de dépenses courantes. Il convient d'exploiter la ressource en veillant à en convertir la valeur en une autre forme de capital. Cette autre forme de capital peut prendre la forme d'un fonds d'investissement, d'infrastructures publiques, etc.

Améliorer le marché du travail nous est aussi apparu essentiel. Pour augmenter les taux d'emploi et la productivité, il faudra probablement s'attaquer aux problématiques du logement et des transports. Les politiques de logement peuvent améliorer non seulement la qualité de vie, mais aussi l'adéquation entre l'offre et la demande de travail. À cet effet, il faut veiller à mettre en œuvre des politiques équilibrées qui permettent la protection des locataires, sans que cela réduise les incitations à investir dans de nouvelles unités de logement, ou conduise les propriétaires à refuser de louer leurs biens à certains publics.

La fiscalité indirecte va être complètement chamboulée d'ici à la fin de l'année. L'introduction de la TGA nous semble une bonne chose. La théorie économique préconise une taxation indirecte qui n'affecte que la consommation finale et pas la consommation intermédiaire, ce qui est le cas de la TGA.

Made In : Comment envisagez-vous la collaboration des économistes que vous êtes avec le pouvoir politique ?

Dr Q. D. : Très sereinement... Étienne Wasmer, professeur à Sciences Po, et moi-même, chercheur à l'Université du Luxembourg, avons été mandatés pour étudier les défis auxquels l'économie calédonienne fait face et remettre un avis sur les mesures prises par la commission de lutte contre la vie chère. Il est explicitement prévu que nous conservions toute notre indépendance académique.

Ce contexte nous permet d'étudier, en toute objectivité, les caractéristiques de l'économie calédonienne. Il nous reviendra ensuite de proposer des pistes d'évolution qui découleront de notre analyse et des prescriptions issues de la théorie économique.

Nous essayons d'utiliser la théorie économique existante, notre propre diagnostic de l'économie calédonienne et nos compétences techniques pour identifier les solutions qui s'adapteraient, à notre avis, le mieux au cas particulier de la Nouvelle-Calédonie. Notre objectif est de mettre en perspective les avantages et les inconvénients prévisibles des différentes propositions que nous formulerons.

En définitive, il reviendra aux autorités politiques de faire leur choix parmi les propositions que nous préconiserons. Il n'existe malheureusement pas (ou peu) de réforme qui plaise à tout le monde. C'est donc aux pouvoirs politiques de faire des arbitrages et de décider, sur la base d'un constat et d'une analyse objective, quelles réformes doivent être adoptées, et selon quelles modalités.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
3047

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production