Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
27 Déc. 2014

Cluster maritime de Nouvelle-Calédonie : Une voix commune pour la mer

Cluster maritime de Nouvelle-Calédonie : Une voix commune pour la mer

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
595

La Calédonie dispose désormais de son propre Cluster maritime, le CMNC, qui regroupe des entreprises, des associations et des bénévoles, tous acteurs d'un même environnement, la mer. Objectifs affichés : promouvoir les activités qui en découlent, favoriser la prise de conscience de notre potentiel maritime et peser sur les décisions locales. Explications.

Les premiers clusters maritimes en outre-mer ont vu le jour dès mai 2011, en Guadeloupe tout d'abord, puis à La Réunion (septembre 2011), en Guyane (mai 2012), en Martinique (juin 2013) et en Polynésie française (juin 2014). La Nouvelle-Calédonie a rejoint les rangs en août dernier. Et c'est à bord de la frégate de surveillance Vendémiaire de la Marine nationale que s'est tenue l'assemblée constituante du CMNC entérinant sa création, « fruit d'un long travail de réflexion, d'analyses et de discussions sur l'univers maritime calédonien et ses perspectives ». Dixit son président Lluis Bernabe. « Nous nous sommes rendu compte que le secteur maritime était très éparpillé et que, contrairement au secteur minier, personne ne pense à la mer comme à une activité économique. Le constat est simple : tout le monde se connaît, mais personne ne travaille ensemble. C'est comme un petit champ qu'on exploite un peu, mais sans plus, qui fait vivre un certain nombre d'individus. Combien ? Impossible de le définir puisqu'aucune statistique ne chiffre le nombre d'emplois, d'entreprises, de commerces, de services et tout ce qui va de pair. En fait, le poids du maritime n'existe pas en Calédonie. La mer, on l'utilise essentiellement pour le plaisir. » Fort de ce constat, l'idée a germé de créer un Cluster maritime. Sa vocation ? Réunir les acteurs du monde maritime calédonien afin de promouvoir les activités qui en découlent dans des domaines aussi divers que l'économie (nautisme, tourisme, transports, pêche, aquaculture, énergies, finance et assurance...), l'environnement, la culture et le patrimoine..., « tout en protégeant cette source de richesse(s) qu'est la mer, et en assurant la promotion de voies nouvelles de développement durable », complète Lluis Bernabe.

La création d'un Observatoire économique de la mer

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Doté d'un littoral développé et beau, de sites intéressants — avec la marée notamment (mangrove et zone plate qui se découvrent, favorables à l'aquaculture, biodiversité exceptionnelle, etc.) —, l'espace maritime représente 1 400 000 km² pour une surface terrestre de 20 000 km². Et pourtant, l'économie marine de la Nouvelle-Calédonie ne représente que 1 % de son PIB total. « Le calcul ne prend en considération que les activités de pêche hauturière, d'aquaculture de crevettes ainsi que les récoltes d'holothuries et de trocas. En fait, tout un ensemble d'activités liées à la mer n'est pas comptabilisé, alors que ces dernières pèsent de façon significative et que leur importance ne cesse de croître : transport maritime, tourisme de croisière, nautisme et plaisance, sports nautiques, etc., ajoute Lionel Loubersac, secrétaire général du Cluster. Le paradoxe, c'est que nous développons pour l'essentiel la partie terrienne de la Calédonie, avec le nickel notamment, alors qu'elle ne constitue en surface que 1 % de sa zone économique exclusive (ZEE). » Si l'essence du CMNC est de favoriser la synergie des acteurs maritimes pour atteindre un équilibre entre développement économique et enjeux environnementaux, il s'agit aussi d'appuyer les prises de décision en matière de stratégie maritime et d'inciter la mise en place de politiques publiques pertinentes. Pour accompagner la puissance publique à la prise de décision, le CMNC nourrit de nombreux projets. Parmi eux, la création d'un Observatoire économique de la mer en partenariat avec la CCI et l'ISEE. L'idée étant de réaliser un tableau de bord visant à présenter des indicateurs de tendance : métiers en développement, nombre d'entreprises, emplois, chiffre d'affaires, structure, croissance, etc. Dans les tuyaux également, la mise en place d'une charte associant écoresponsabilité, responsabilité sociale et développement économique, ainsi que la promotion de vocations maritimes chez les jeunes.

Le CMNC en chiffres

La FINC est membre fondateur de la CMNC, qui compte une petite centaine d'entreprises ou organismes impliqués dans les questions marines et maritimes. Le Cluster est organisé en 10 collèges thématiques chargés de mettre en exergue les problématiques inhérentes aux différents domaines d'activité. L'objectif étant de les identifier, de les instruire puis de les transformer en éléments de projets afin de les porter devant les décideurs publics. Pour Lluis Bernabe et Lionel Loubersac, « les entreprises adhérentes ont tout à y gagner, car en s'unissant, elles pourraient remporter des marchés impossibles à grignoter en travaillant seules dans leur coin. »

Nathalie Vermorel

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
595

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production