Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
27 Déc. 2014

Le dialogue social : un levier de performance pour les entreprises

Le dialogue social : un levier de performance pour les entreprises

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
485

L'Institut des relations sociales de Nouvelle-Calédonie (IRS NC) se targue de réunir autour d'une seule table représentants du personnel et dirigeants d'une même entreprise afin d'apporter des outils de réflexion et de travail pour les préparer au mieux à l'exercice de leurs missions. Explications.

L'Institut supérieur du travail de Nouvelle-Calédonie (IST NC) a vu le jour en 2009, dans l'objectif de favoriser la construction, le développement et la modernisation du dialogue social. S'il a depuis changé de nom pour devenir l'Institut des relations sociales de Nouvelle-Calédonie (IRS NC), sa mission principale reste identique : réunir et former les acteurs du dialogue social. « Une mission d'autant plus pertinente compte tenu de la particularité du paysage économique calédonien où le dialogue social s'est longtemps traduit par des rapports de force, jusqu'à la signature du Pacte social en 2000 », explique Laure Charlier, sa responsable. Et celle-ci de poursuivre : « L'IRS NC se démarque par l'originalité de ses missions ainsi que de son fonctionnement. Ici, les formations se dispensent de façon conjointe. » De fait, représentants du personnel et dirigeants d'entreprise sont réunis en un même lieu pour acquérir des référentiels (outils et méthodes) destinés à améliorer les relations sociales au sein de l'entreprise, ce qui est indispensable pour booster sa compétitivité.

Sa cible ? Les représentants des salariés (délégués syndicaux, délégués du personnel, membres des comités d'entreprise ou des comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail), les négociateurs interprofessionnels ou de branche, les dirigeants d'entreprise et leurs représentants. « Mais attention, tempère Laure Charlier, l'idée est bien de les éclairer et de leur fournir un socle de connaissances pour les aider à comprendre les problématiques, les obligations et les contraintes des uns et des autres afin d'acquérir une capacité à la négociation salariale, et non de leur apporter des solutions clé en main, sachant qu'il y a un moment où la décision appartient à l'entreprise en vertu de son pouvoir de direction. »

Une variété dans les séquences pédagogiques

En 2014, une quarantaine de dates a permis de toucher plus de 500 personnes à travers des stages allant d'une matinée à trois jours, articulés autour de quatre thématiques : négocier, communiquer, représenter, mieux comprendre. « Mais il est possible de mettre en place des formations sur mesure pour répondre à des besoins spécifiques, ajoute Laure Charlier. En effet, les actions de l'IRS NC prennent en compte les évolutions du contexte en matière de relations sociales. Pour exemple, en 2014, plus d'un quart des stages, soit cinq sur dix-neuf, traitaient de nouvelles thématiques. Un module consacré à l'accord d'intéressement instauré par la loi du 22 janvier 2014 a notamment été mis en place. » Mais pas seulement. Une journée de formation a été organisée en province Nord, à Koné. Une première. Soucieux de toucher un public plus large et de le sensibiliser aux enjeux du dialogue social, l'Institut a même proposé des conférences ouvertes à tous, afin d'aborder des problématiques propres au climat social calédonien.

L'année 2015 s'annonce aussi chargée. Dans les tuyaux, la multiplication des intervenants lors des formations, assortie d'une variété dans les séquences pédagogiques avec, notamment, vidéos et jeux de rôles à l'appui. À noter que ces formations sont déductibles, puisqu'elles s'inscrivent dans le 0,7 % dédié à la formation professionnelle, tel que défini par le Code du travail.

Bernard Schall, un artisan du dialogue social

Bernard SchallEn marge d'une longue carrière dans l'industrie, Bernard Schall a tout d'abord été auditeur du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), avant d'en prendre la direction à titre bénévole durant trente ans. Ce fut un fervent acteur de la formation professionnelle et de la promotion sociale. C'est à lui que l'on doit la création de l'Association calédonienne d'enseignement scientifique technique et économique (ACESTE) rattachée au CNAM, qu'il a imaginée comme un outil de la promotion sociale accompagnant les parcours de formation professionnelle. Artisan du dialogue social dans l'âme, Bernard Shall a également favorisé l'émergence de l'IRS en l'accueillant au sein de l'ACESTE CNAM. Il a aussi fondé le Syndicat catégoriel de cadres en créant la Fédération des collaborateurs et cadres de Nouvelle-Calédonie. Il a notamment participé à la signature des toutes premières conventions de branches collectives. Bernard Schall s'est éteint en juillet 2014 en métropole, à l'âge de 69 ans.

Nathalie Vermorel

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
485

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production