Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
25 Avr. 2015

La DTE met le point sur le « E »

Outre la réorganisation de ses services, la DTE doit se doter prochainement d’un directeur adjoint de l’emploi. © C. C.
Outre la réorganisation de ses services, la DTE doit se doter prochainement d’un directeur adjoint de l’emploi. © C. C.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
436

Longtemps connue comme la Direction du travail, la DTE remet aujourd'hui le « e » de « emploi » au cœur de ses missions. Une véritable stratégie doit être élaborée dans ce sens sur la période 2015-2020.

La Direction du travail et de l'emploi entame une nouvelle ère. Jusque-là plutôt centrée sur son rôle de Direction du travail, cette administration territoriale entend mettre en œuvre l'ensemble de ses compétences. Cette orientation intervient dans un contexte bien précis, puisque le Conseil d'Etat a réaffirmé que les politiques d'emploi étaient bel et bien une compétence de la Nouvelle-Calédonie. Afin d'assumer pleinement ces compétences, la DTE a réorganisé ses services en trois pôles. Le premier porte sur l'administration générale et les affaires juridiques, la DTE ayant un rôle d'administration centrale en matière de travail et d'emploi. Un deuxième pôle est consacré au droit du travail, dans lequel figurent l'inspection du travail et le service de prévention des risques professionnels. Enfin, un troisième grand pôle porte sur les politiques d'emploi. Le service des relations du travail, qui suit la négociation collective et intervient pour la conciliation des conflits du travail, existe toujours mais « il fait l'objet d'une quatrième entité qui n'est pas un pôle en tant que tel », précise Rémy Bréfort, le directeur de la DTE.

L'aide du Fonds européen

Au-delà de la réorganisation des services, la nouveauté porte surtout sur les politiques à mettre en œuvre. Pour ce faire, le gouvernement devra définir une stratégie pour l'emploi sur la période 2015-2020. Le soutien de l'Europe est essentiel sur ce dossier. Alors que les 9e et 10e Fonds européens de développement (Fed) étaient intervenus sur la formation professionnelle, ce sont l'emploi et l'insertion professionnelle qui ont été retenus pour ce 11e Fed. L'aide financière de l'Europe interviendra sur la période 2017-2020 pour un montant de 3,6 milliards de francs. Les grandes lignes de ce que souhaite mettre en place le gouvernement ont été présentées aux partenaires sociaux lors de la Conférence sociale annuelle le 28 novembre dernier. Il entend développer un service public de l'emploi, qui coordonnera l'activité entre la Nouvelle-Calédonie et les provinces*. Le marché du travail nécessite lui aussi une réorganisation. Celle-ci passe notamment par la mise en ligne d'une application permettant de déposer les offres d'emploi, « qui est une obligation légale dans la loi sur l'emploi local mais qui n'est que très peu respectée aujourd'hui », observe Rémy Bréfort. « Or, cette loi ne peut fonctionner si les offres ne sont pas déposées ».

Anticiper les besoins

De concert avec les entreprises, la DTE doit se pencher sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), afin de prévoir les besoins sur le moyen terme. L'emploi local restera la « colonne vertébrale » de ce vaste chantier. Si un certain nombre d'entreprises se sont déjà attelées à ce travail, il devra être étendu au niveau des branches professionnelles, des filières, mais aussi des zones géographiques. « Pour être efficace, il nous faut consolider les besoins des entreprises », indique le directeur de la DTE.

L'autre défi sera d'obtenir des statistiques fiables pour mieux cerner l'état du marché de l'emploi. Actuellement, cette connaissance n'est que partielle. A l'exception du nombre de travailleurs, que l'on connaît grâce aux chiffres de la Cafat, les autres données, telles que le nombre d'offres et de demandes d'emploi, manquent au tableau. En 2009, le recensement avait révélé qu'un demandeur sur deux était réellement inscrit dans les services de placement.

Coralie Cochin

Intérim

Rémy Brefort a démissionné de son poste de directeur du travail et de l'emploi pour raisons personnelles. Son intérim est assuré depuis le 10 avril par Magda Bonal-Turaud. Son successeur sera nommé prochainement par le nouveau gouvernement de Philippe Germain.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
436

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production