Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
12 Juil. 2016

Densifier les échanges entre les acteurs économiques du territoire

Densifier les échanges entre les acteurs économiques du territoire

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
101

Une opération pilote d’écologie industrielle et territoriale vient d’être lancée en vue d’identifier les synergies environnementales et économiques possibles entre les entreprises et les industries. L’objectif est de renforcer l’attractivité et la compétitivité du territoire et d’identifier de nouveaux relais de croissance.

L’opération, programmée sur dix-huit mois, a débuté en juin 2016 à l’initiative du service QHSE Industrie de la CCI en partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), la Province sud, le gouvernement et le Comité territorial pour la maîtrise de l'énergie (CTME). « Il s’agit d’une démarche opérationnelle inscrite dans le cadre de l’économie circulaire. Elle s’inspire des écosystèmes naturels – "rien ne se perd, tout se transforme" – pour tendre vers une gestion optimale des matières et de l’énergie », relève Matthieu Ladiesse, chef QHSE à la CCI. Ses objectifs ? Installer des relations de partenariat et encourager les relations entre les acteurs économiques et industriels de la Nouvelle-Calédonie en favorisant le développement économique local ainsi que la prise en compte des enjeux environnementaux. L’idée est de limiter la pollution, le prélèvement des ressources, la production des déchets et la consommation d’énergie. « Le souhait, à terme, est d’améliorer la compétitivité des entreprises et d’identifier de nouveaux relais de croissance », ajoute Matthieu Ladiesse.

De nouvelles filières de valorisation

L’écologie industrielle territoriale présente de multiples avantages. En effet, initier le développement des synergies entre les activités économiques et les collectivités d’un territoire permet d’améliorer les processus de fabrication (baisse des chutes et des rebus), de limiter les consommations de matières premières, d’optimiser les coûts de fonctionnement et d’exploitation en mutualisant les achats, les équipements et les prestations. Mais pas seulement. C’est aussi une opportunité de réutiliser et/ou de développer des produits et des services innovants et de créer de nouvelles filières de valorisation. « Les possibilités de synergies sont illimitées : métiers, savoir-faire, transports, emplois, valorisation des déchets et de matières premières, etc. », assure Matthieu Ladiesse.

Testées sur des zones économiques du Grand Nouméa

Dans un premier temps, cette opération pilote va être menée à titre expérimental sur des zones économiques du Grand Nouméa, qu’il reste encore à identifier. Une fois ces zones définies, un travail d’approche et de sensibilisation des entreprises devrait débuter au cours du second semestre. En ligne de mire, une identification de leurs enjeux environnementaux et économiques et une estimation de leurs besoins afin de réaliser, à terme, un diagnostic de leurs flux entrants (matières premières, énergie...), intermédiaires (ressources et compétences, logistique, transport...) et sortants (déchets). 

Un outil d’aide à l’identification

Afin d’accompagner cette démarche, la CCI devrait se doter début 2017 d’un outil interne (Act’If) d’aide à l’identification, à la géolocalisation de flux et à la mise en œuvre des synergies des flux d’entreprises. « Il s’agit d’une plate-forme Web qui va nous permettre de retrier tous les diagnostics de flux entrants et sortants afin d’identifier les synergies potentielles entre les entreprises et/ou les industries situées dans un secteur limitrophe. Ensuite, à charge pour nous d’affiner la recherche et de mettre les entreprises concernées autour d’une table pour étudier la meilleure manière de mettre ces synergies en place », souligne Matthieu Ladiesse.

En parallèle de cette démarche, des groupes de travail regroupant différents acteurs, dont la FINC et des grappes d’entreprises, seront mis en place en vue de dresser un diagnostic macro de ces deux zones définies et, in fine, identifier ce qui est bien géré ainsi que les enjeux à relever. « Notre objectif est également de susciter l’émergence d’une structure portée notamment par des chefs d’entreprise, destinée à l’animation de ces zones à l’image de ce qui se fait en Métropole », note Matthieu Ladiesse.

Nathalie Vermorel

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
101

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production