Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
16 Déc. 2016

La stratégie export s’affirme

La présentation du plan OSE par le président du gouvernement, Philippe Germain, s’est déroulée en présence du haut-commissaire Thierry Lataste. On comptait également la présence (de gauche à droite) de Jacques Lalié (élu du Congrès), Martine Lagneau (vice-présidente de la Province sud) et Anthony Lecren (membre du gouvernement).
La présentation du plan OSE par le président du gouvernement, Philippe Germain, s’est déroulée en présence du haut-commissaire Thierry Lataste. On comptait également la présence (de gauche à droite) de Jacques Lalié (élu du Congrès), Martine Lagneau (vice-présidente de la Province sud) et Anthony Lecren (membre du gouvernement).

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
120

Présenté par le président du gouvernement le 4 octobre dernier, le plan d’orientation pour le soutien à l’export était attendu par bon nombre de chefs d’entreprise, et en particulier par les industriels.

Les années fastes dues notamment à l’ampleur des exportations de minerai de nickel  sont derrière nous. Il faut désormais diversifier l’économie et créer de nouveaux relais de croissance. L’un d’eux est l’accroissement du marché local par le développement des exportations. Elles sont aujourd’hui majoritairement liées au secteur de la mine et de la métallurgie mais la Nouvelle-Calédonie ne manque pas d’atouts pour développer d’autres filières d’exportation. « Elle bénéficie d’infrastructures publiques de qualité et d’un statut zoosanitaire préservé, a souligné Philippe Germain, président du gouvernement, lors de la présentation du plan d’orientation pour le soutien à l’export. Elle peut s’appuyer sur des organismes de recherche et sur un vivier d’entreprises disposant d’un réel savoir-faire et d’une expertise à forte valeur ajoutée. En outre, de nombreux entrepreneurs sont déterminés à se tourner vers les marchés extérieurs. »

Renforcer les moyens du SCRRE

Transférée de l’État à la Nouvelle-Calédonie dans le cadre de la loi organique, la compétence en matière de commerce extérieur revient désormais au Territoire. De ce fait, le schéma a pour objet d’arrêter les orientations stratégiques de la politique de soutien à l’export du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Il devra associer les provinces dans sa mise en œuvre. « Sur le plan opérationnel, les missions relatives au développement économique (investissements et exportations) ont longtemps été confiées à l’Adecal, sans réel pilotage », relève le gouvernement. Aujourd’hui, la Nouvelle-Calédonie a décidé de transférer les moyens humains et financiers affectés jusqu’à présent à l’Adecal pour le soutien à l’export au Service de la coopération régionale et des relations extérieures (SCRRE) au sein duquel est actuellement en création un pôle du commerce extérieur et de la coopération économique. C’est au SCRRE que reviendra la mission de mettre en œuvre le schéma export. Un schéma qui compte trois orientations stratégiques : l’élaboration d’une diplomatie économique, le développement d’une politique de soutien aux entreprises exportatrices et le développement d’une gouvernance de l’exportation.

Élaboration d’une diplomatie économique 

Le souhait est de mettre l’intégration régionale au service des exportations calédoniennes, en finalisant l’intégration de la Calédonie avec la récente adhésion au forum des îles du Pacifique et avec le rapprochement du Groupe Fer de lance mélanésien. D’autre part, le gouvernement entend accroître les relations bilatérales du Territoire avec ses partenaires commerciaux. Arrangements administratifs ou levée des freins réglementaires techniques et phytosanitaires pesant sur les exportations calédoniennes seront ainsi au centre des négociations visant à équilibrer les relations commerciales. Enfin, au travers de sa diplomatie économique, le gouvernement entend soutenir et associer les entreprises calédoniennes sur le terrain international, et notamment lors des visites officielles, ou à l’occasion de salons et de foires commerciales.

Développement d’une politique de soutien aux entreprises exportatrices 

Le premier objectif est de développer la politique publique de l’export calédonien. En ce sens, le gouvernement a souhaité associer le cluster Avenir Export créé début 2015 à ses actions de diplomatie économique. « Avex, qui rassemble aujourd’hui plus de 80 membres, dont plusieurs organisations patronales et consulaires, doit pouvoir consolider son assise et sa structure opérationnelle », souligne le gouvernement qui entend donner « une position centrale au cluster Avenir Export dans le mécanisme de gouvernance qui naîtra de ce schéma. » Avex participera ainsi à la structuration et au fonctionnement d’OSE. Le cluster aura également pour mission de préparer les entreprises à l’export et de les accompagner dans leur promotion à l’international.

Par ailleurs, le gouvernement et les provinces accompagneront les entreprises dans leur démarche à l’export. Les entreprises pourront s’appuyer sur 2 leviers que sont  le crédit d’impôt export spécifiquement dédié aux entreprises calédoniennes développant des activités à l’export, et « l’aide à l’export » du code d’aide au développement économique de la province Sud.

Développement d’une gouvernance de l’exportation

Le Service de la coopération régionale et des relations extérieures exerce la compétence du commerce extérieur. Il s’est récemment doté d’une entité dédiée à la mise en œuvre des actions de diplomatie économique et spécialement mobilisée sur l’export. De même, le pôle de coopération économique et du commerce extérieur du SCRRE verra son expertise renforcée.

En outre, conformément à l’accord de Nouméa, la Nouvelle-Calédonie peut se doter de délégués installés au sein des ambassades de France de la région Pacifique. À ce jour, un seul délégué a été mis en place au sein de l’ambassade de France en Nouvelle-Zélande. Il représente ainsi les intérêts de la Nouvelle-Calédonie auprès du gouvernement néo-zélandais. Le gouvernement entend poursuivre sa politique en faveur de l’installation des délégués dans les ambassades de France de la région.

Enfin, un conseil du soutien à l’export de la Nouvelle-Calédonie (CSENC) devrait être créé, rassemblant les institutions et les acteurs économiques concernés. Elle aura vocation à renforcer les capacités stratégiques et techniques des organes de gouvernance (le gouvernement et le cluster Avenir Export).

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
120

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production