Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
16 Déc. 2016

L’export, un fort potentiel de développement

L’export, un fort potentiel de développement

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
123

Un fait est acquis, le marché régional est dynamique. L’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Fidji, et le Vanuatu sont des pays où la croissance économique est relativement forte. Les échanges commerciaux de ces pays sont globalement concentrés sur la zone Asie-Pacifique. Mais parallèlement, les exportations calédoniennes sont insuffisamment développées. De fait, la Calédonie entretient des relations commerciales soutenues avec l’Europe, l’Asie du Sud-Est (importations d’énergie et exportations de nickel pour l’essentiel), moins avec son environnement régional.

En 2015, les exportations, hors nickel, s’élevaient à 8,6 milliards CFP. La crevette, les huiles essentielles, le thon et le marlin, les holothuries, le santal et les chauffe-eau solaires sont les six secteurs qui se démarquent et représentent à eux seuls 32 % des exportations.

Des atouts…

Jusqu’en 2011, la croissance de la Nouvelle-Calédonie a atteint 3,5 % par an. Et malgré sa faible population (268 767 habitants au recensement de 2014) par rapport aux grands pays moteurs de la région, la Nouvelle-Calédonie avait en 2013 le troisième PIB du Pacifique après l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Depuis 2015, elle a été dépassée par la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cela étant, le territoire possède un tissu économique particulièrement dynamique. 25 % de sa population active est entrepreneur. Les entreprises calédoniennes font preuve d’un réel savoir-faire notamment dans le secteur de l’industrie et dans celui des services. Des savoir-faire reconnus sur le plan international, permettant à de nombreuses entreprises calédoniennes de bénéficier de franchises et de licences de la part de grands groupes industriels, commerciaux, ainsi que de grandes entreprises d’ingénierie.

Des freins…

« Force est de constater que la Nouvelle-Calédonie n’est pas économiquement intégrée dans son environnement régional car elle n’a ni levé les contraintes qui pèsent sur ses exportations, ni véritablement apporté de soutien aux entreprises potentiellement exportatrices », a précisé ainsi Philippe Germain lors de sa présentation. Outre les contraintes structurelles et économiques qui pèsent sur le développement des exportations, on note un tissu entrepreneurial pas encore tourné vers l’exportation et une absence de politique publique dédiée à l’export.

… mais un fort potentiel

De nombreux secteurs peuvent aujourd’hui se développer grâce aux importations. Parmi eux, le nickel et le service à la mine, le BTP, la construction, les services, le conseil et l’ingénierie, l’agriculture, la pêche et l’élevage, la recherche et l’innovation, l’éducation et la formation, le tourisme, la santé et la biodiversité. L’industrie de transformation peut également tirer son épingle du jeu. Le tissu industriel est principalement composé d’entreprises agroalimentaires matures et normées, élaborant des produits de qualité pouvant être fabriqués sous licences françaises, européennes et internationales. Ce secteur a développé un vrai savoir-faire qui s’exporte déjà (chocolat, plats cuisinés, glace, bière, etc.). L’industrie calédonienne est également présente dans les domaines de la construction, de l’équipement, du textile, de l’entretien et de l’hygiène, de la cosmétique, de la construction navale, etc. Certaines de ces productions sont également déjà exportées (chauffe-eau solaires, textiles, claquettes, lambris PVC, produits d’entretien, produits cosmétiques, etc.). De même que la production primaire transformée comme la drêche, l’huile et l’essence de santal ou de niaouli, les liqueurs, les produits cosmétiques, le miel, la vanille, le café, etc. pour ne citer que quelques exemples.

Les relations commerciales de la Nouvelle-Calédonie

2015Part dans les importations en valeurPart dans les exportations en valeur
Union européenne38,1 %13,5 %
Asie du Sud-Est38,0 %67,4 %
Océanie15,5 %10,1 %
Amérique6,9 %3,1 %
Valeur totale (F CFP)291,62 Mds131,42 Mds

Sources : Direction régionale des douanes et ISEE.
NB : Les chiffres ne tiennent pas compte des exportations exceptionnelles réalisées en 2015, d’une valeur de 7,1 milliards de francs correspondant à la vente de matériel militaire.

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
123

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production