Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
16 Déc. 2016

Santé, taxes et plan d’action

Santé, taxes et plan d’action

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
128

La Fédération des professionnels libéraux de santé a cinq ans. Un anniversaire que l’association a souhaité marquer par un débat organisé lors de son assemblée générale, le 17 novembre dernier. Sous le titre « Une AG pour agir, un débat pour l’avenir », la FPLS a permis à ses membres de dialoguer avec les politiques.

Finances du Ruamm, plan Do Kamo, produits sucrés, alcool, taxes… Lorsque l’on parle du financement de la santé en cette année 2016, plus que délicat en la matière, les points de vue sont clairement divergents. Entre désir des professionnels de voir les Calédoniens en meilleure santé, réalités administratives et fiscales et nécessités économiques du secteur industriel, trouver un terrain d’entente n’est pas des plus aisé ! Le débat organisé par la FPLS en présence de Philippe Dunoyer, membre du gouvernement en charge notamment des secteurs du budget et de la fiscalité, et de Jacques Lallié, membre du groupe UC-FLNKS et Nationalistes au congrès, en a été une nouvelle illustration.

Des faits aux idées

La soirée a débuté par une exposition de la réalité économique. « Le Ruamm va mal », a rappelé sans ambiguïté le président de son conseil d’administration, Xavier Benoist. Si le financement est assuré pour cette fin d’année, il est plus qu’urgent d’envisager la situation à moyen et long terme afin d’éviter la faillite de tout le système de santé. « Nous avons remis à plat l’ensemble des dettes qui pesaient sur la Cafat et le CHT, a-t-il expliqué. Nous avons, en concertation, décidé d’une atténuation de ces dettes réciproques : il n’est dans l’intérêt de personne que l’on se retrouve étranglés ». Et si le président du CA n’a pas de solution toute faite, il invite avant tout au dialogue constructif entre tous les acteurs de la santé afin de trouver rapidement des modes de financement pérennes. Les éléments apportés par Christel Carrau, conseillère auprès du président du gouvernement, au sujet des comptes sociaux du territoire, n’ont fait que renforcer le constat : il faut agir maintenant ! Enfin, Claude Gambey, membre du cabinet de Valentine Eurisouké, en charge notamment du secteur de la santé, est venu rappeler les grands principes du plan Do Kamo voté en avril dernier. Les idées sont posées !

Incompréhension

Reste qu’il n’est pas simple de parler le même langage. Notamment lorsque les professionnels de santé désespèrent de voir les Calédoniens adopter un meilleur comportement alimentaire. Car les dépenses liées aux longues maladies dites non transmissibles, en tête desquelles caracole le diabète de type 2, sont un véritable fléau pour les finances du Ruamm. La question de la TGC minorée pour les produits sucrés et alcoolisés fabriqués localement a cristallisé les incompréhensions. D’un côté des professionnels en attente de décisions fortes pour guider les consommateurs vers les bonnes pratiques, de l’autre les arguments de Jacques Lallié rappelant que la TGC avait été établie à minima pour les produits calédoniens dans l’attente d’une démarche plus globale, type taxe comportementale, portée par le plan Do Kamo. Si les acteurs de la santé sont demeurés perplexes, rappelons tout de même que les industriels ne sont pas réfractaires à participer à l’effort collectif en faveur de la santé des habitants. Non seulement ils ont engagé le débat depuis 2014, mais s’expriment même pour une implication de leurs structures, quitte à adapter leurs recettes sucrées ou grasses aux recommandations qui pourraient être formulées, quitte même à s’amender d’une taxe, quel qu’en soit le nom, dès l’instant que les produits importés ne sont pas épargnés et que l’on ne les prive pas d’un avantage concurrentiel sans lequel ils ne pourraient tenir et continuer de pourvoir la Nouvelle-Calédonie en quelque 2 000 emplois directs et indirects.

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
128

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production