Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
28 Déc. 2017

La sécurité a son passeport

La sécurité a son passeport

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
67

Afin d'améliorer la sécurité et la santé au travail et d'uniformiser les pratiques sécuritaires à l'entrée des trois sites industriels miniers, un passeport sécurité a été créé en octobre. Fruit d'une collaboration entre le cluster Association maintenance durable (AMD), le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, la Cafat et les opérateurs métallurgiques, il consiste en une formation e-learning valable un an.

La sécurité au travail est un enjeu pour toute entreprise en termes notamment de compétitivité. Au-delà des conséquences humaines pouvant être dramatiques, les accidents du travail ont représenté sur le territoire un impact financier de 5 milliards de francs en 2015. Afin de diminuer le facteur risque et d'améliorer la sécurité et la santé au travail, un dispositif de formation commun a été envisagé dès 2014 par le cluster AMD (Association maintenance durable) dont l'une des missions est de monter en performance les entreprises de ce secteur, notamment en matière de sécurité. « Nous avons réalisé un réel travail collaboratif avec le concours des industries métallurgiques – Koniambo Nickel, SLN et Vale NC –, du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et de la Cafat, qui nous a permis de lancer le passeport sécurité », explique Sylvie d'Ussel, manager à l'AMD. C'est en octobre que ce passeport sécurité a vu le jour qui permet, une fois obtenu, d'intervenir sur les sites des trois industriels. Ce nouvel outil favorise ainsi le développement d'une culture sécurité commune tout en répondant aux exigences règlementaires en vigueur.

Une démarche simple

Le passeport sécurité s'adresse à l'ensemble des travailleurs, salariés, employeurs, indépendants quel que soit le secteur d'activité. Il consiste en une formation e-learning sur le portail  www.passeportsecurite.nc d'une durée moyenne de deux heures. La démarche est simple. Il suffit pour un employeur de créer un compte et d'inscrire par un système de crédits le nombre de salariés participant à la formation. Les salariés obtiennent alors un code d'accès qui leur permet de commencer en ligne la formation. « Mais en amont, employeurs et salariés s'engagent à signer la charte du passeport sécurité », précise Sylvie d'Ussel. La formation se découpe en cinq modules qui englobent les thématiques suivantes : les devoirs et les responsabilités en matière de sécurité, les prérequis, les dangers et les risques, les outils de prévention et les mesures d'urgence. Chaque module s'accompagne de vidéos et de QCM. « L'employeur suit en ligne la progression de ses salariés qui ont une durée maximale de trois mois après la première connexion pour valider tous les modules. » Une fois validés, ils reçoivent alors leur passeport sécurité pour une validité d'un an. Dès le 1er janvier 2018, la détention du passeport sécurité sera exigée comme préalable d'entrée sur les sites des trois industriels. Un sésame qui témoigne de la montée en compétences des travailleurs dans le domaine de la sécurité.

Frédérique de Jode

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
67

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production