Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
23 Juil. 2011

Assurer l’avenir de la maintenance calédonienne

Assurer l’avenir de la maintenance calédonienne

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
2967
Entreprise(s) citée(s)

L’association de la maintenance durable (AMD) a été retenue lors du second appel à projet de la Datar pour le dispositif national « Grappes d’entreprises ». Jean-Patrick Lerandy, vice-président de l’AMD, et Didier Coulon, directeur d’Ecko et animateur du projet, présentent cette association pleine d’avenir.  

Made In : Qui est concerné par l’AMD ? 

Jean-Patrick Lerandy : Notre association concerne l’ensemble du système de la maintenance industrielle sur les différents sites, toutes les entreprises et tous les métiers liés au secteur, des mécaniciens aux ingénieurs en passant par les formateurs. Aujourd’hui, nous avons déjà 27 entreprises adhérentes (TPE et PME). 

Didier Coulon : Il est important d’insister sur le fait que l’association est ouverte à tous, qu’elle ne concerne pas seulement l’industrie de la mine, mais aussi par exemple l’industrie de transformation. Ce que l’on souhaite, c’est créer un pôle de rassemblement sur la maintenance, un esprit « grappes ».

Justement, quelle est la vocation de l’AMD et en quoi est-ce un projet innovant ?

J-P. L. : Notre principal objectif est de créer une véritable filière de la maintenance, qui soit porteuse d’espoir en matière d’emploi et d’innovation, un pôle de compétitivité. La Calédonie connaît une expansion phénoménale et nous avons tout à gagner à être associé à cette évolution. Mais pour optimiser notre intervention, gagner des marchés et faire face à la concurrence internationale, il faut être performant et donc s’organiser : prévoir et localiser les besoins de demain, les formations… C’est en cela que la démarche de l’AMD est novatrice. L’association est aussi un moyen de créer une force de proposition et de faire le relais entre les institutions et le terrain, qui fait défaut aujourd’hui. 

Comment ce projet d’association et de « grappes » a-t-il pu voir le jour ? 

J-P. L. : En fait, la création de l’AMD découle de plusieurs années de réflexion menées par les chefs d’entreprise. Il y avait une réelle envie d’aller de l’avant. Et puis, début 2010, nous avons été approchés par la province Sud et la société Sodie qui cherchaient des groupements de professionnels pour répondre à l’appel à projet de la Datar. C’est comme cela que l’AMD a vu le jour, ainsi que le partenariat avec Ecko. 

D. C. : Pour la préparation à l’appel à projet, il fallait d’abord constituer un premier dossier avec nos idées et un budget. Cela a déjà pris de longs mois de travail. Il a fallu ensuite mettre ces idées sous forme de présentation avec plusieurs axes : la connaissance du marché, les entreprises et leurs besoins, les différents partenaires, etc. Bref, un examen lucide et très précis de la situation. Ce tableau de bord a été accepté. Mais c’est un travail de longue haleine qui est loin d’être terminé ! Il est notamment nécessaire de convaincre tous les professionnels qu’il faut se mettre ensemble pour gagner et ce n’est pas toujours facile.

L’association figure parmi les 84 nouvelles « grappes d’entreprises », au niveau national. En quoi cette sélection va-t-elle faire la différence ? 

D. C. et J-P. L. : Il y a la reconnaissance nationale et puis le soutien, avec un financement (environ 22 millions CFP) qui est essentiel pour démarrer. Mais le plus important, c’est le fait d’appartenir à un réseau : les grappes d’entreprises, mais aussi France Clusters (CDIF), un centre de ressources. Ce label va nous permettre de rencontrer du monde et, on l’espère, d’établir des collaborations sur tel outil ou telle formation…

Au final, quels sont les enjeux pour l’avenir du secteur ? 

J.P. L. : On estime aujourd’hui que le volume d’emplois utilisé par nos entreprises dans le domaine de la maintenance est situé entre 1 200 et 1 500. Il pourrait être de 2 500 dans dix à quinze ans ! C’est un enjeu à part entière pour le pays. 

D. C. : Il faut mutualiser les moyens pour pérenniser nos emplois, en créer d’autres, innover et, au final, envisager de s’exporter comme le font certains. On parlera alors d’excellence.  

Propos recueillis par Chloé Maingourd

Info +

Éric Chevrot - Pacome

« Nous avons constamment besoin de main-d’œuvre, mais c’est toujours très difficile, voire impossible pour les petites structures, de trouver du personnel puisque celui-ci est absorbé par les grands projets. Nous avons finalement embauché un ingénieur rattaché à l’AMD qui intervient un certain nombre d’heures tous les mois et qui est disponible pour l’intégralité du suivi. La formule nous convient. En plus, on mutualise les moyens puisqu’il intervient dans d’autres entreprises. Si l’association peut aussi réfléchir aux moyens de combler ce vide, c’est parfait.»

Jean-Philippe Locker - CMF

« Je pense que cette association est une bonne initiative, qui peut toucher beaucoup de monde. En ce qui nous concerne, et comme beaucoup de petites industries, nous n’avons pas la possibilité d’embaucher du personnel de maintenance à plein temps, même si nous avons des problèmes techniques pointus. Pouvoir bénéficier d’un suivi complet et professionnel, sur un contrat réduit, c’est l’idéal : on gagne sur tous les plans. »

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Économie - Social
Nombre de vues
2967
Entreprise(s) citée(s)

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production