Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
07 Déc. 2012

Rencontres autour des métiers d'avenir

Rencontres autour des métiers d'avenir

Paru dans :

Dans la rubrique
Formation
Nombre de vues
2342

Le lycée professionnel Jules-Garnier a accueilli le Carrefour de la Maintenance le 27 septembre. Une journée d'information, d'échange et de prise de contact qui rassemble professionnels, organismes de formation et étudiants.

Pour cette deuxième édition, le Carrefour de la Maintenance, organisé sous la houlette de l'ACDET, s'est tenu le 27 septembre dernier au Lycée Jules-Garnier. Une quinzaine d'entreprises et autant d'organismes de formation étaient au rendez-vous. Parmi les entreprises présentes, on comptait Socalait, Le Froid, Caltrac, Komatsu, Enercal, KNS, Vale Nouvelle-Calédonie, SMSP, ou encore Endel... Preuve de la diversité du secteur qui englobe plus de 17 métiers différents correspondant à des métiers spécifiques, que ce soit dans le dépannage, la réparation, le réglage, le contrôle d'équipements, de matériels, d'engins, d'infrastructures...

Un rendez-vous essentiel

Les entreprises le disent depuis de nombreuses années, elles manquent de main-d'oeuvre qualifiée alors que le secteur, en plein essor, représente des métiers d'avenir. Le secteur est d'ailleurs en constante évolution très en lien avec le développement d'outils modernes, de technologies pointues et de nouveaux modes de gestion. C'est pourquoi ce rendez-vous est essentiel, rapprochant le monde de l'école de celui des entreprises, tout en informant les étudiants des formations disponibles et des besoins du marché économique. Guillaume Perdrix, responsable emploi/formation à Vale Nouvelle-Calédonie, le confirme : « Nous sommes ici, à Jules-Garnier, au cœur d'un vivier potentiel de futurs candidats pour répondre à nos besoins dans le secteur. Dans les trois à quatre ans qui viennent, il  nous faudra recruter une quarantaine de techniciens dans les filières de la maintenance industrielle et de l'électrotechnique. » Même discours chez KNS : « Il est important de faire découvrir nos métiers, souvent très pointus, aux étudiants et de parler des formations qui permettent de postuler à KNS, que ce soit pour la partie usine ou pour les engins mobiles », souligne Janique Manaute Moore, chef de département du bureau technique et fiabilité à KNS.

Formation BTS

Dans l'ensemble, les entreprises privilégient la formation BTS pour une meilleure qualification. « Nous sommes certes intéressés par des élèves qui sortent de Terminale, mais nous les encourageons à aller de l'avant en s'engageant dans une formation BTS pour obtenir un niveau de technicien de maintenance d'engins mobiles. Avec un bac, ils auront seulement un niveau d'aide-mécanicien », précise Gaëlle Le Taillanter, responsable RH chez Caltrac. La société Le Froid, dont c'était la première participation, accentuait son discours auprès des jeunes sur la formation BTS. « Nous recherchons huit personnes en maintenance industrielle et automatisme, de préférence des BTS. Avec ce niveau de formation, les candidats sont responsables, plus autonomes, et peuvent établir de vrais diagnostics sur les machines. Ce qui est plus valorisant pour eux. Le salaire est également plus intéressant », explique Mickael Bouille, responsable-chef d'équipe maintenance à Le Froid. Un dernier argument qui a eu l'air de convaincre l'auditoire. Quant aux étudiants venus nombreux sur le site, ils s'informaient sérieusement à tous les stands, impressionnés par les gros engins mobiles, et découvrant toutes les possibilités que peut offrir cette filière. Certains étaient déjà venus l'année dernière, à l'image de Gaël. Le jeune homme, âgé de 19 ans, est en 1re maintenance industrielle. « Je trouve que ce Carrefour de la Maintenance nous permet d'être informés sur les différents métiers et de se renseigner sur ceux qui nous intéressent et sur les sociétés qui pourraient nous embaucher. Pour le moment, je n'ai pas fait mon choix, mais je sais que je veux avoir un BTS et, pourquoi pas, viser haut et être ingénieur. »

Frédérique de Jode

Mise en place de la VAE chez Vale Nouvelle-Calédonie

En juillet dernier, la direction et les partenaires sociaux ont signé un accord d’entreprise sur la Validation des acquis et de l’expérience. Présente dans le Code du travail depuis le 3 février 2010, la VAE permet l’obtention de tout ou partie d’une certification professionnelle (diplôme ou titre à finalité professionnelle ou encore certificat de qualification professionnelle), en s’appuyant sur l’expérience acquise au cours d’activités professionnelles, bénévoles ou associatives.
Vale Nouvelle-Calédonie accompagne ainsi ses salariés dans leur volonté de professionnalisation, tout en optimisant les parcours de formation et de gestion de leur carrière. L’entreprise va au-delà des conditions inscrites dans le Code du travail. La rémunération du salarié est maintenue pendant son congé VAE, 100 % des frais d’examen sont pris en charge par l’industriel, ainsi que 50 % des frais afférents, dans la limite de 250 000 F CFP.

Paru dans :

Dans la rubrique
Formation
Nombre de vues
2342

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production