Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
16 Déc. 2016

L'université de la Nouvelle-Calédonie : une bonne élève

Le pôle numérique et technologique sera doté d’outils modernes permettant de développer de nouveaux modes d’apprentissage (amphithéâtre connecté, studio d’enregistrement, salle de montage, etc.)
Le pôle numérique et technologique sera doté d’outils modernes permettant de développer de nouveaux modes d’apprentissage (amphithéâtre connecté, studio d’enregistrement, salle de montage, etc.)

Paru dans :

Dans la rubrique
Formation
Nombre de vues
159

Le Haut Conseil de l'évaluation de l'enseignement supérieur et de la recherche a remis son rapport d'évaluation de l’université de la Nouvelle-Calédonie (UNC). Des points forts et des axes d'amélioration ont été préconisés. Dans l'ensemble, l'UNC remplit sa mission dans un contexte délicat.

«Les formations que propose l'UNC répondent aux standards académiques de l'Éducation nationale tout en étant adaptées au contexte calédonien, dont le potentiel de développement est bien réel », relève Gaël Lagadec, président de l'UNC. C'est l'un des points essentiels qui ressort du rapport du Haut Conseil de l'évaluation de l'enseignement supérieur et de la recherche (HCERES). Parmi les autres points forts émis par les huit experts, on note la contribution de l’université au rééquilibrage Nord-Sud avec le projet d'une antenne à Koné, une gouvernance forte, une situation financière saine, un positionnement stratégique en matière de recherche, des partenariats scientifiques ambitieux et de portée internationale  et des relations avec le vice-rectorat constructives.

Taux d'échec en L1

À l'inverse, le rapport d'évaluation relève des points faibles. Il s'agit notamment de l'incertitude qui plane sur le transfert de l'enseignement supérieur à la Nouvelle-Calédonie qui pourrait s’effectuer en 2018, mais aussi d'un manque d'indicateurs performants de pilotage et de développement de l'internationalisation du campus. Le rapport préconise aussi d'accentuer l'autonomie stratégique en formation et en recherche. « Notre grande problématique est surtout le taux de réussite trop faible en première année de licence, rappelle Gaël Lagadec. Mais nous avons une contrainte. Nous sommes la seule université française sur le calendrier austral, c’est-à-dire avec une rentrée en février. » En conséquence : beaucoup d'étudiants de L1 s’inscrivent à l'UNC pour faire la transition avant d’aller étudier en métropole, en septembre. L'idée est donc d'instaurer en 2018 un semestre zéro de remise à niveau ou un approfondissement des acquis.

Frédérique de Jode

3 QUESTIONS A Gaël Lagadec, président de l'UNC

L'UNC se dote d'un pôle numérique et technologique dont l'ouverture est prévue en 2018. Gaël Lagadec revient sur ce projet dont le coût atteint 1,7 milliard de francs.

Quelle est la vocation du futur pôle numérique et technologique (PNT) ?

Gaël Lagadec : Déclinaison du schéma stratégique immobilier, le pôle numérique et technologique vient combler le déficit en surfaces d’enseignement et de recherche induit par l’augmentation démographique des étudiants et l’essor des laboratoires de l’université. Mais bien au-delà, le PNT initie des changements majeurs dans les pratiques de l’université. Ce bâtiment construit pour des usages nouveaux, montre que, trente ans après les premières implantations universitaires à Nouméa, l’UNC est toujours animée du dynamisme de sa jeunesse.

Dans quelle mesure va-t-il améliorer la pédagogie et l’apprentissage à l’université ?

G. L. : Face au changement comportemental de la nouvelle génération championne du zapping, du smartphone et de la tablette interactive, l’introduction de pédagogies innovantes devient indispensable pour capter l’attention et favoriser la réussite. Avec le PNT, les universitaires et leurs étudiants s’empareront prochainement d’outils modernes pour développer ensemble de nouveaux modes d’apprentissage : salles de pédagogie en environnement collaboratif et technologique (PECT), amphithéâtre connecté, studio d’enregistrement, salle de montage, Fablab, learning center, etc. De plus, le développement de l’enseignement à distance permettra de toucher des publics éloignés dispersés sur le territoire, voire à l’étranger.

Comment contribuera-t-il au développement de la recherche sur le territoire ?

G. L. : Côté recherche, le PNT centralisera tous les laboratoires de recherche en sciences exactes de l’UNC dans un lieu unique ; mathématiciens, chimistes, biologistes, informaticiens, géologues et autres physiciens pourront échanger sur leurs pratiques et partager de nouveaux équipements de pointe. Ce changement de conditions de travail sera un véritable catalyseur de la recherche scientifique, à l’échelle de l’université, mais aussi à celle du Cresica (Consortium de recherche, d’enseignement supérieur et d’innovation calédonien) qui fédère toutes les forces de recherche présentes en Nouvelle-Calédonie. 

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Formation
Nombre de vues
159

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production