Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
18 Déc. 2015

Actus de la mine

Les 17 projets récompensés par les Nickels de l’Initiative se partagent une enveloppe de 5 millions CFP.
Les 17 projets récompensés par les Nickels de l’Initiative se partagent une enveloppe de 5 millions CFP.
Photo © SLN/David Becker

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
143
Entreprise(s) citée(s)

SLN - La future centrale C en suspens

La nouvelle est venue de Paris. Alors que l'enquête publique sur la future centrale de la SLN s'est terminée fin septembre, le groupe Eramet, à l'issue du conseil d’administration qui s’est tenu le 14 octobre, a annoncé des mesures drastiques. Dans un communiqué, il est indiqué que « face à des conditions de marché particulièrement dégradées, le Conseil d’administration a décidé la limitation des investissements industriels, ainsi que la suspension des grands projets du groupe Eramet. » Et ce afin d'améliorer son cash-flow. En conséquence, le remplacement de la centrale électrique de la SLN est reporté, alors que c'est un investissement crucial de 100 milliards de francs pour Doniambo. En effet, la SLN doit impérativement remplacer la centrale actuelle au fuel en fin de vie afin de pérenniser son activité et d'être compétitive. Ce report a fait réagir le président de la province Sud, Philippe Michel, qui a demandé à Eramet de reconsidérer, dans les plus brefs délais, cette décision qui aggravera la situation financière de la SLN au lieu de l’améliorer.

17 projets récompensés par les Nickels de l’initiative

La 23e édition des Nickels de l’Initiative de la SLN a mis à l’honneur 17 projets, sur les 133 dossiers présentés. Qu’il s’agisse d’environnement, de solidarité, de sport ou de culture, tous les projets reflètent une démarche durable et originale. Citons parmi les projets récompensés celui de Gaël Le Flochmoën, Recycle Design Mode NC, qui veut créer une collection de haute couture à partir de déchets recyclés ; celui de l’association des Trains de Nouvelle-Calédonie, qui entend sauver les deux dernières locomotives de Nouvelle-Calédonie, dont celle de Méfao de Thio ; ou encore le projet de Denise Nepwe-Eru de la tribu de Gohapin, à Poya, qui tient à initier ses jeunes élèves à l’informatique grâce à des ordinateurs qui lui seront fournis. Les 17 lauréats se partagent une enveloppe globale de 5 millions CFP.


Vale NC - Une production encourageante

Les résultats du troisième trimestre ont été présentés par l’industriel en octobre dernier. En termes de production, ce sont 7 300 tonnes de nickel que l’usine du Sud a fournies, soit une hausse de 6,7 % par rapport au 2e trimestre. Si les chiffres sont encourageants selon les propos d’Antonin Beurrier, président du conseil d’administration de Vale NC, l’objectif de 37 000 tonnes fixé en début d’année ne sera pas atteint. L’année prochaine, Vale NC espère un volume de 45 000 tonnes de nickel, soit 79 % de la capacité nominale de l’usine. En revanche, côté résultats financiers, les pertes sont très lourdes puisqu’elles devraient atteindre 30 à 35 milliards de francs en fin d’année ; elles sont dues à l’effondrement du cours du nickel. Antonin Beurrier a également mis fin à la rumeur que Vale NC cherchait un repreneur, rappelant que le groupe brésilien Vale avait investi dans l’usine environ 7,5 milliards de dollars US.


Exportations du minerai vers la Chine - Feu vert pour MKM

Le 27 octobre dernier, le gouvernement s'est penché sur les demandes d'exportation de minerai pauvre vers la Chine de la SLN, du groupe Ballande, de Montagnat et de MKM. Seul ce dernier a obtenu l'autorisation des membres de l'exécutif, grâce surtout aux trois voix des membres de l’Union calédonienne qui ont fait pencher la balance. MKM, en situation difficile, est donc autorisé à exporter son minerai sous conditions, soit 300 000 tonnes de minerai latéritique dont les teneurs en nickel sont comprises entre 1,2 % et 1,5 % NI, pour une durée de 18 mois. En ce qui concerne les demandes des trois autres mineurs, celle de la SLN a été rejetée au motif qu'elle devait privilégier son client historique l'Australien QNI, pour l'exportation des latérites. En ce qui concerne celles de Montagnat et de SMT (groupe Ballande), qui portaient sur du minerai issu des verses et de curages, les membres UC ont demandé que l’ouverture de ces exploitations passe par une consultation des populations vivant à proximité de ces sites. Ces décisions n'ont pas satisfait le SEM et les rouleurs. Si ces derniers se laissent la possibilité de paralyser à nouveau la capitale, ils n'ont pas mis, pour le moment, leur menace à exécution.

Le 16 novembre dernier, l'exécutif a refusé à une large majorité à la SLN d'exporter vers son client traditionnel japonais, le fondeur Pamco, du minerai saprolitique à faible teneur en nickel, avoisinant 1,7 %, pour un volume total d'un million de tonnes sur plusieurs années. Un marché qui aurait pu apporter une respiration à l'industriel qui subit de lourdes pertes financières conjuguées à un manque de compétitivité et des cours du nickel au plus bas.


Le CICS se penche sur le dossier de la mine de Goro

Le Dossier de la demande d’autorisation d’exploitation minière (DEAM), en cours d’instruction par les services de la province Sud, a été présenté au Comité d’information, de concertation et de surveillance de l’Usine du Sud, réuni le 6 novembre dans l’hémicycle de l’institution. Un dossier stratégique qui doit apporter à l’industriel une visibilité pour les 25 ans à venir sur le développement de la mine. Les impacts sur l’environnement ont été évoqués, notamment les inquiétudes sur la qualité des eaux des rivières et bassins. De son côté, l’industriel se veut rassurant. Prochaine étape : le lancement de la procédure administrative, qui comprend la présentation du projet aux commissions minières des communes concernées de Yaté et du Mont-Dore, une enquête publique et une enquête administrative.

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
143
Entreprise(s) citée(s)

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production