Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
06 Déc. 2010

Actu de la mine

Actu de la mine

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
2081
Entreprise(s) citée(s)

La vieille dame souffle ses bougies

La SLN a passé deux caps symboliques cette année. Elle a fêté d’une part les 130 ans de sa naissance et d’autre part les 100 ans de l’usine de Doniambo. Un double anniversaire célébré en plusieurs étapes, notamment à Thio, berceau de l’activité de la Société Le Nickel, lors de la foire annuelle de la ville à la fin du mois de juillet. Un Jeudi du Centre Ville a par ailleurs été consacré à ces festivités en novembre, quelques jours avant des « portes ouvertes » à Doniambo. Chacune de ces étapes a permis aux Calédoniens de découvrir ou redécouvrir l’aventure qu’ont représenté les premières années d’existence de l’entreprise, les années fastes comme les périodes délicates et le rôle majeur joué par le métallurgiste dans le développement du territoire. La SLN était également, en cette année de festivités, le partenaire principal de la Conférence internationale du nickel.

Les géants de KNS

Branle-bas de combat sur le site de Vavouto le 5 septembre dernier. Et pour cause : l’usine du Nord voyait arriver les tout premiers modules construits en Chine et destinés à l’usine métallurgique. Au nombre de quatre, ils atteignaient un poids total de 8 500 tonnes pour des hauteurs variant entre 20 et 34 mètres. Et lorsque le Trustee, navire de l’armateur néerlandais Dockwise, s’est amarré au port de Vavouto par un dimanche matin ensoleillé, il a attiré beaucoup de monde. Responsables politiques et économiques se tenaient aux côtés de Denis Lachance, le président de KNS, et des employés du site, impatients et fiers d’assister enfin à ce moment. Ce premier chargement donnait le coup d’envoi à un ballet de navires semi-submersibles. Car ce sont 17 modules qui devaient être acheminés sur le site de l’usine du Nord en quelques semaines. Le Trustee et le Transporter se sont relayés jusque dans le courant du mois de novembre. Le plus imposant des monstres d’acier atteignait 3 500 tonnes et plus de 46 mètres de haut.

Un schéma industriel en préparation

François Fillon l’avait annoncé lors de son passage en Nouvelle-Calédonie : un schéma industriel minier serait élaboré pour la Nouvelle-Calédonie. Objectif : coordonner les activités des métallurgistes locaux, redéfinir la place des institutions dans l’activité nickel, pérenniser l’activité métallurgique du territoire et faire en sorte qu’elle contribue à développer localement d’autres filières économiques. Pour engager la démarche, l’État a confié à Anne Duthilleul – bien au fait de l’activité minière calédonienne – la mission de guider l’élaboration de ce schéma. Dans ce cadre-là, un comité stratégique industriel auquel participent acteurs miniers, métallurgiques et politiques du territoire a été installé par le Haut-commissaire (alors Yves Dassonville), le 11 octobre dernier. Anne Duthilleul devrait venir tous les deux mois environ sur le territoire pour les réunions de ce comité. Le schéma, quant à lui, devrait commencer à se dessiner dès le
deuxième trimestre 2011.

La Conférence internationale du nickel

La 4e Conférence internationale du nickel s’est déroulée du 15 au 19 novembre dernier à Nouméa. Rendez-vous incontournable pour les principaux acteurs mondiaux de l’activité nickel, elle a réuni les plus grandes sociétés liées à l’or vert, mais aussi des experts en matière législative, financière ou encore environnementale. L’ensemble des aspects du marché a été abordé au cours des différentes conférences organisées au Méridien. C’était la deuxième fois que la Nouvelle-Calédonie était l’hôte de cet événement mondial.

Conjoncture favorable mais fragile sur le front de l’or vert

Temps forts et toujours très attendus de la Conférence nickel, l’intervention des prêtres de la météo du nickel. Jim Lennon et Andrew Mitchell, notamment, ont dressé un tableau nuancé de l’évolution du marché mondial pour les cinq prochaines années. 2011 s’annonce comme une année particulièrement favorable, marquée par un retour à l’équilibre entre l’offre et la demande de nickel. On devrait ainsi passer d’un déficit de 75 000 tonnes en 2010 à un surplus négligeable de 6 000 tonnes l’année prochaine. Cette stabilisation du marché se traduirait immédiatement sur les cours du LME, avec des prévisions comprises entre 20 000 et 25 000 dollars la tonne de nickel.
La période 2012-2015 semble en revanche beaucoup plus incertaine : la demande de nickel devrait progresser, soutenue par la Chine bien sûr, mais aussi par la reprise américaine et européenne, et plus précisément par la croissance de la production d’acier inoxydable. Reste à savoir si les producteurs de nickel sauront répondre à cette nouvelle demande. Le potentiel existe avec une capacité supplémentaire annoncée de 200 000 tonnes sur l’ensemble de la planète, mais les retards enregistrés ces dernières années, à l’image du projet Goro Nickel, démontrent qu’il est difficile pour les opérateurs de transformer l’essai en production effective. Les analystes sont catégoriques : le retour à une certaine stabilité des cours, et qui plus est à un niveau correct, dépend de la capacité du marché à relever le défi technologique de l’hydrométallurgie.
Si les opérateurs de nickel conventionnel ne parvenaient pas à réussir cette reconversion technologique de façon à pouvoir traiter les latérites à des niveaux de coûts compétitifs, le marché serait du même coup en déficit, et l’on pourrait craindre alors un retour de la concurrence des Nickels Pig Iron Chinois, comme ce fut le cas en 2007-2008.

L’usine du Sud en production intermédiaire

Vale Nouvelle-Calédonie vient de signer un accord commercial pour la livraison sur 2011 d’au moins 4 000 tonnes de NHC - de l’hydroxyde de nickel issu de la lixiviation, mais non raffiné - avec l’Australien Queensland Nickel. Le premier bateau devrait quitter le port de Goro ce mois de décembre. Cette opération devrait permettre à Vale Nouvelle-Calédonie d’encaisser un minimum de 5 milliards de F CFP, et probablement le double, car un deuxième autoclave sera mis en route prochainement, doublant la capacité de production de ce produit intermédiaire. Vale NC qui annonce la mise en route, en parallèle, de la raffinerie pour le premier trimestre 2011, et une production de billes de nickel dans le courant de l’année. L’objectif de 60 000 tonnes est maintenu pour 2013.

Charlotte Antoine

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
2081
Entreprise(s) citée(s)

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production