Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
12 Aoû. 2013

L’industrie est emblématique de l’économie calédonienne

Romain Babey, dirigeant de Vega, a rappelé le rôle de l’État en 1981, à l’origine des premières mesures de protection de marché. « Cela a permis de redémarrer notre activité et de sauver notre entreprise. » La visite s’est faite en présence du Haut-Commissaire, de Marie-Paule Tourte-Trolue, secrétaire générale adjointe du Haut-Commissariat, et de Reuben Los, chargé des questions de défiscalisation.
Romain Babey, dirigeant de Vega, a rappelé le rôle de l’État en 1981, à l’origine des premières mesures de protection de marché. « Cela a permis de redémarrer notre activité et de sauver notre entreprise. » La visite s’est faite en présence du Haut-Commissaire, de Marie-Paule Tourte-Trolue, secrétaire générale adjointe du Haut-Commissariat, et de Reuben Los, chargé des questions de défiscalisation.

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
2383

« Réactivité, innovation, pugnacité »...  Le Haut-Commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie n’a pas caché son enthousiasme à l’issue d’une matinée de visites dans les industries calédoniennes.

Made In : Vous venez de découvrir les coulisses de quelques entreprises. Qu’en pensez-vous ?
Jean-Jacques Brot : Ce qui ressort de ces visites - comme souvent en Calédonie, mais qui m’a été particulièrement démontré par les industriels rencontrés aujourd’hui -, c’est l’extraordinaire énergie, imagination, innovation des chefs d’entreprise. Ils ont la volonté de créer malgré des difficultés dues à l’éloignement, à la complexité réglementaire, à la cherté des matières premières. Et ils ont une capacité à surmonter tous les obstacles, à inventer, à former des personnels et à viser l’excellence. Je trouve
cela extrêmement caractéristique et emblématique de l’économie calédonienne. Cela inspire à la fois confiance et beaucoup d’espérance pour l’avenir.

Vous attendiez-vous à la qualité de ce tissu économique ?
J.-J. B. : À vrai dire, pas tout à fait... Ce qui est frappant, c’est la réactivité, l’innovation, l’ardeur des chefs d’entreprise, très déterminés. Ils essayent, ressayent, cherchent des procédés nouveaux, utilisent, sans abus, les facilités gouvernementales françaises ou calédoniennes pour créer de l’emploi, de la valeur ajoutée. Je ne m’attendais pas à ce punch, à ce dynamisme et aux chiffres de création d’emplois. Les entreprises visitées ne sont pas des cas isolés. On voit bien le tissu économique de PME, qui rappelle ce que l’on peut connaître dans certaines régions de métropole, comme la Vendée ou le Finistère. Il montre ici une pugnacité par rapport au marché intérieur et aux marchés internationaux. Encore une fois, ce tissu industriel m’a surpris par son dynamisme et son intensité et le poids d’espérance qu’il représente.

Au cours de cette matinée, vous avez abordé la question de la protection…
J.-J. B. : Effectivement. Nous avons abordé la question de la protection des industries qui existent, qui créent de l’emploi, du dynamisme, indirectement des services, par rapport aux importations venant de certains pays voisins ou plus lointains beaucoup plus développés. Cette question de la « protection », qui est la grande question du commerce aujourd’hui dans le monde, se pose en Calédonie.

Quel est le degré de protection qui est acceptable à l’heure de la mondialisation ? À l’inverse, n’y a-t-il pas un degré de protection indispensable pour des pays comme le nôtre, en Calédonie, à l’heure de la mondialisation ?
En tout cas, c’est une question politique qui mérite d’être posée avec sérénité, sans a priori anti-industriels ou pro-importateurs. L’un ne pouvant vivre sans l’autre, cessons de les opposer. Le monde patronal a besoin de se faire une opinion, un point de vue sur cette répartition entre protection, moindre protection, rôle des importateurs, et de le partager avec les pouvoirs publics calédoniens qui ont la responsabilité des taxes, des douanes…

Reportage : Charlotte Antoine

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
2383

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production