Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
26 Déc. 2014

Trente ans de fabrication de chèques

Dans son atelier de la rue Charleroi, Sogesti fabrique annuellement près de 240 000 chéquiers.
Dans son atelier de la rue Charleroi, Sogesti fabrique annuellement près de 240 000 chéquiers.
Photo : C. C.

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
722

Société historique dans le façonnage de chèques, Sogesti partage aujourd'hui le marché avec la Calédonienne de services bancaires. Face au déclin progressif de ce mode de paiement, la petite entreprise de la Vallée-des-Colons diversifie ses activités en fabriquant depuis peu des titres-repas.

Exposée dans le hall d'entrée, sous un escalier en colimaçon, une vieille brodeuse qui agrafait jadis les chéquiers annonce la couleur. Chez Sogesti, le façonnages de chèques est historique. Créée en 1982, la petite entreprise de la Vallée-des-Colons fut la première à se lancer dans la fabrication locale de chèques. Pendant près de 25 ans, elle est restée leader du secteur en réalisant 80 % des chéquiers du territoire.

Mais depuis le rachat de la société par le groupe Courte et fils en 2008, l'échiquier a quelque peu changé. Sogesti partage dorénavant le marché du façonnage à parts égales, ou presque, avec la Calédonienne de services bancaires (CSB).

Le chèque lui-même est en perte de vitesse. Alors qu'il était le mode de paiement favori des Calédoniens, il s'est vu supplanté pour la première fois l'année dernière par la carte bancaire, avec 36,4 % des paiements par chèque, contre 36,6 % par carte*.

Le refus des chèques appliqué dans les stations-service depuis le 1er septembre (lire encadré) n'est pas sans effet sur le secteur du façonnage. « On a senti un fléchissement, même si ce n'est pas encore flagrant », observe Béatrice Augras, la directrice de Sogesti depuis 2006.

Des outils plus modernes

La société a anticipé cette baisse, en se lançant depuis juillet sur un nouveau marché : la fabrication du « chèque déjeuner calédonien ». Deux nouveaux employés ont été recrutés, ce qui porte à sept le nombre total de salariés.

Sogesti fabrique 900 chéquiers par jour (chèques déjeuner compris) et près de 240 000 à l'année. Au premier étage de l'entreprise, trois des quatre lignes de production sont dédiées à la fabrication de chéquiers de banque, la quatrième étant consacrée aux titres-repas. « Aujourd'hui, l'objectif est d'évoluer vers quelque chose de plus moderne », indique la directrice. L'impression est totalement informatisée et les machines sont plus performantes, à l'image de ces écrans tactiles utilisés pour la fabrication de titres-repas. Outre la fabrication de ces chèques déjeuner, la petite société est chargée de les traiter, une fois que ceux-ci ont été utilisés et rapportés par les commerçants dans les sept bornes de collecte installées un peu partout dans la ville et le nord de la Grande Terre.

Une mesure contre les chèques « en bois »

Voilà une décision qui n'est pas passée inaperçue auprès des consommateurs. Depuis le 1er septembre, le Groupement professionnel des gérants de station-service de Nouvelle-Calédonie a fait le choix de ne plus accepter les règlements par chèque. En cause : « l'explosion » des chèques sans provision, qui représentait 2,5 % du chiffre d'affaires de la profession. Selon Émily Monchanin, la secrétaire du groupement, « les particuliers ne sont pas les seuls visés. De plus en plus d'entreprises font, elles aussi, des chèques en bois ». Le refus des chèques à la pompe « n'a rien changé sur nos volumes ou nos ventes de carburant », assure Émily Monchanin. Avant cette mesure, les espèces demeuraient le mode de paiement le plus utilisé dans les stations-service, alors que le chèque, lui, n'arrivait qu'en 4e position. Les cartes pétrolières, en revanche, « sont en progression, en particulier chez les professionnels ».

Si trois ou quatre stations récalcitrantes de Nouméa et de l'agglomération continuent d'accepter les règlements par chèque, la mesure semble gagner du terrain en Brousse, notamment à Voh, Koné, Pouembout, Boulouparis et Tontouta.

Coralie Cochin

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
722

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production