Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
17 Aoû. 2010

PUD : la mairie veut interdire tout nouveau commerce sur Ducos

PUD 2010 :  Les professionnels s’interrogent sur la manière dont la mairie de Nouméa a établi les zones UIE1 et UIE2,  cette dernière étant la seule autorisée à accueillir de futurs commerces.
PUD 2010 : Les professionnels s’interrogent sur la manière dont la mairie de Nouméa a établi les zones UIE1 et UIE2, cette dernière étant la seule autorisée à accueillir de futurs commerces.

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
2462

Le nouveau Plan d'urbanisme directeur (PUD) de Nouméa envisage d'interdire les nouveaux commerces et services au profit de l'industrie et de l'artisanat sur la zone de Ducos. Une proposition qui ne serait pas sans conséquence pour l'économie du secteur. Explications.

Depuis 30 ans, la zone de Ducos n'a cessé de se développer. Dédiée à l'origine à l'industrie et à l'artisanat, elle a connu l'apparition de commerces et de services ces quinze dernières années, faisant évoluer le secteur en une dynamique zone commerciale. Cette mutation, classique, est d'ailleurs commune à de nombreuses zones industrielles métropolitaines. Des logements sociaux y ont également été construits, ce qui a d'ailleurs engendré d'importants coûts supplémentaires pour les industriels, soucieux de créer le moins de nuisance possible aux riverains (de bruit, de pollution, etc.). Ces logements sont un choix délibéré de la ville de Nouméa, qui, dans son précédent PUD, avait validé cette mixité. Et Ducos est aujourd'hui devenue le poumon économique de la Nouvelle-Calédonie, bien au-delà de la seule commune de Nouméa.

Vers des rentes de situation ?

Mais ce développement pourrait devenir difficile pour les uns, et synonyme de rente de situation pour les autres. Le projet de nouveau PUD propose en effet de créer deux zones, contre une seule actuellement. Et il pose le principe d'interdire tout nouveau commerce et service, au profit de l'industrie et de l'artisanat : en totalité sur la zone UIE1 (en n sur le plan), et avec une exception pour les commerces en zone UIE2 (en n sur le plan). Pour justifier ce changement, la mairie de Nouméa indique dans ses documents officiels d'enquête administrative que « la tertiarisation observée ces dernières années (commerce de grande distribution et de détail notamment) met à mal la vocation initiale de la zone ».

Une affirmation qui ne semble pas partagée ni constatée par les professionnels. Chambres consulaires, syndicats professionnels (UPA, FINC, Syndicat des commerçants, SIDN-NC ou BTP-NC) n'ont, d'ailleurs, pas été associés à la réflexion. À l'inverse, pour expliquer l'existence de la zone UIE2, le projet de PUD précise que « par certains aspects, la mutation a été bénéfique à la zone industrielle dans son ensemble en rapprochant les services et commerces utiles à l'activité économique. »

Les plans d'investissement et de financement des industriels remis en cause

Si ces propositions restaient en l'état, cela ferait apparaître deux difficultés majeures pour les professionnels. D'une part, en interdisant tout nouveau commerce sur la zone, cela poserait le problème d'atteinte au principe de libre concurrence. Cela reviendrait à privilégier les acteurs économiques commerçants déjà en place, leur créant une rente de situation injustifiée, et ce, dans un contexte de lutte contre la vie chère.

Le problème pour les industriels est un peu différent, « mais tout aussi inacceptable », comme l'assure la FINC. La rareté des terrains dans la zone et l'explosion des tarifs à la vente - de 100 000 F l'are il y a 10 ans, ils sont entre 3 et 4 millions l'are aujourd'hui -, comme à la location - passés de 500 F/m2 à 3 000 F/m2 - ne permettent plus aux industriels de pérenniser leur développement. Avec pour conséquence la nécessité de délocaliser l'outil industriel sur les futures zones industrielles de Panda (Dumbéa-sur-mer) ou Paita (Ziza, Zico, Paddon...). Une décision déjà prise par certains. Or, le déménagement d'une industrie est très coûteux. Au-delà du coût du transfert lui-même, s'ajoute celui de l'acquisition d'un nouveau terrain - entre 600 000 et 1,8 million F l'are. Et il faut acheter suffisamment grand si l'on veut se développer sur les 20 années suivantes. Enfin, il faut reconstruire l'immobilier. Un déménagement est souvent l'occasion de moderniser l'outil de production, les équipements. Il est donc crucial pour la pérennité de ces exploitations de pouvoir réaliser la vente ou la location de leurs actifs dans Ducos au meilleur prix. « Mais le fait d'interdire le commerce dans la zone va faire chuter de manière significative la valeur de ces actifs, et remettre en cause les plans de financement », s'inquiète la FINC.

Dans le même ordre d'idée, le projet de PUD prévoit de réduire les hauteurs de Ducos à R+3, sauf sur la zone dite du « Centre ». Or, il est indispensable de permettre un développement en hauteur sans limitation. Ne serait-ce que pour développer l'offre, aujourd'hui très limitée, de bureaux, mais aussi de guichets uniques type celui de la Cafat. Ce qui, d'ailleurs, rejoindrait la politique de la ville de Nouméa en matière de services de proximité dans les quartiers pour en faire des centres de vie. Mais ce qui est bon pour les quartiers résidentiels ne l'est-il pas aussi pour ceux de Ducos ? On est en droit de s'interroger, et de s'inquiéter...

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
2462

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production