Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
04 Avr. 2011

Actu de la mine

Denis Lachance, président de Koniambo Nickel SAS.
Denis Lachance, président de Koniambo Nickel SAS.
Photo : Marc Le Chélard

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
4064
Entreprise(s) citée(s)

KNS en de nouvelles mains

Denis Lachance, président de Koniambo Nickel SAS depuis trois ans, a quitté ses fonctions fin février. Après avoir suivi de près l’avancée de l’usine du Nord, il s’envole vers d’autres horizons, ceux de la retraite, après une carrière bien remplie. Denis Lachance a accédé au poste de président de KNS après avoir fréquenté des géants de la mine, Noranda, Falconbridge et enfin Xstrata Nickel. Au cours de ces trois années d’exercice, l’ancien président a supervisé tant le dragage du port que la construction de l’émissaire marin, sans oublier la construction puis le transport des modules destinés à l’usine pyrométallurgique et à la centrale électrique du complexe industriel. Si Denis Lachance semble désormais se tourner vers des activités agricoles, il n’en abandonne pas pour autant ce à quoi il a consacré ses trente dernières années. Tandis qu’il aura un pied dans la terre, l’autre demeurera solidement ancré dans la mine calédonienne : il conserve en effet un rôle au sein du conseil d’administration de KNS, en tant que représentant de Xstrata Nickel. En attendant de nommer officiellement un successeur, le géant canadien avait nommé Gavin Ashley (directeur du projet Koniambo) président par intérim.

SLN : Le gaz, consensuel, mais coûteux

L’environnement a ses raisons que le portefeuille ne saurait oublier. À l’occasion de son dernier conseil d’administration parisien, la SLN a tranché – conformément à la volonté du gouvernement calédonien – en faveur de la filière gaz pour construire sa nouvelle centrale électrique de Doniambo, qui devra d’ici 2015 prendre le relais de l’actuelle centrale au fuel en service depuis 1971. Une décision qui reste toutefois conditionnelle, car si la technologie gaz est, a priori, moins polluante que sa concurrente au charbon (- 40 % d’émission de gaz carbonique, pas de poussière, pas de dioxyde de souffre, ni d’oxyde d’azote), elle s’avère bien plus chère. La comparaison des deux études préalables commandées par la SLN laisse apparaître une différence de 2 à
5 milliards de francs en moyenne par an en faveur du charbon. Cette comparaison comprend aussi bien les  amortissements que les frais financiers, le fonctionnement et enfin le combustible. L’investissement total devrait se porter à 50 milliards de francs, soit 30 milliards de moins que l’enveloppe initiale annoncée en 2008. Le travail préalable, notamment avec EDF, partenaire annoncé de l’opération, se poursuivra jusque fin 2012, date de la décision finale d’Eramet, de sorte que la centrale soit opérationnelle en 2015. Mais la SLN, par la voix de son directeur général, Pierre Alla, insiste : il faut trouver des solutions pour l’aider à absorber ce surcoût. Défiscalisation, accès au crédit carbone, maintien d’une partie de son privilège sur l’électricité issue du barrage de Yaté… Les leviers existent. Reste qu’en attendant, faute de certitudes sur ce plan financier, la vieille dame poursuivra aussi ses études sur le charbon. De sorte que, si elle n’obtient pas satisfaction d’ici un an, elle puisse se retourner et mettre en œuvre son plan B, le charbon.

Vale NC : le commerce a débuté

L’usine du Nord n’a certes pas engagé la production d’oxyde de nickel – réparation des colonnes d’extraction oblige –, mais Vale NC a toutefois commencé à tirer profit de son installation. Avec un autoclave en parfait état de marche, le processus peut être engagé jusqu’à obtenir de l’hydroxyde de nickel (NHC), un produit intermédiaire dans lequel le nickel est mêlé au cuivre, au cobalt et à d’autres composants. Pour achever le raffinage, un accord a été passé avec l’Australien QNi en fin d’année dernière. Queensland Nickel achète le produit et peut l’exploiter dans des installations restées au repos depuis plusieurs mois. Le NHC, dont Vale s’est engagé à fournir un minimum de 4 000 tonnes métriques de nickel contenu, a débuté sans attendre son voyage vers l’île-continent : plusieurs bateaux ont déjà été livrés depuis la fin du mois de décembre 2011.

Charlotte Antoine

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Actus des industriels
Nombre de vues
4064
Entreprise(s) citée(s)

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production