Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
24 Aoû. 2017

BIO - Du linge pucé pour assurer sa traçabilité

« En période creuse, la société traite entre 6 à 7 tonnes par jour contre une dizaine en haute saison. En effet, le secteur de la blanchisserie est tributaire de l’activité touristique », déplore Patrick Papalia.
« En période creuse, la société traite entre 6 à 7 tonnes par jour contre une dizaine en haute saison. En effet, le secteur de la blanchisserie est tributaire de l’activité touristique », déplore Patrick Papalia.

Paru dans :

Dans la rubrique
Nouveaux adhérents
Nombre de vues
132
Entreprise(s) citée(s)

Rachetée en 2016 par quatre associés, la Blanchisserie industrielle Océanie (BIO) assure un service d’entretien de linge et de vêtements de travail et propose un service de vente et de location-entretien.

Réception du linge sale, tri, lavage, séchage, pliage, mise sous film et réexpédition, telles sont les principales opérations effectuées au quotidien par la vingtaine de salariés que compte la société. La BIO assure la blanchisserie de linge plat (draps, taies d’oreiller, éponges...) pour les établissements hôteliers et de santé notamment, et de vêtements de travail (en milieu industriel, agroalimentaire...) soumis à des règles d’hygiène très strictes. Elle propose également un service de vente et de location-entretien qui consiste à acquérir du linge qu’elle met à la disposition de ses clients et qu’elle entretient. « Nous proposons d’équiper l’ensemble des textiles d’une puce électronique (RFID), relève Tony Roger, cogérant. Ce système permet d’améliorer le processus de livraison, d’assurer la traçabilité des articles et d’aider les clients à mieux gérer leur stock puisqu’ils peuvent suivre, via un accès Web, où en est le traitement de leur linge. »

Une marche en avant

La société, nouvellement adhérente à la FINC « pour ne pas rester seule dans son coin et parler d’une même voix, celle des industriels », met un accent prioritaire sur l’hygiène. L’outil de production se décompose en trois zones distinctes afin d’éviter que le linge sale n’entre au contact du propre. « L’usine fonctionne selon le modèle de la marche en avant avec une zone d’entrée (réception du linge sale), une zone de production (nettoyage, séchage et pliage) et une zone d’expédition et de traçabilité », explique Patrick Papalia, cogérant.

Nathalie Vermorel

Paru dans :

Dans la rubrique
Nouveaux adhérents
Nombre de vues
132
Entreprise(s) citée(s)

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production