Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
13 Aoû. 2014

La viande calédonienne, c’est sans hormones

Partenaire

La viande calédonienne, c’est sans hormones

Paru dans :

Dans la rubrique
Partenaires
Nombre de vues
1031
Courant juin, l'association EPLP dénonçait la présence d'hormones de synthèse dans les viandes locales de bovins, cerfs et porcs. Ces accusations s'appuyaient sur une interprétation erronée des résultats des plans de contrôle réalisés par la DAVAR. Quels sont ces résultats ? Comment est assurée la traçabilité des élevages ? Éclairages...

Courant juin, l'association EPLP dénonçait la présence d'hormones de synthèse dans les viandes locales de bovins, cerfs et porcs. Ces accusations s'appuyaient sur une interprétation erronée des résultats des plans de contrôle réalisés par la DAVAR. Quels sont ces résultats ? Comment est assurée la traçabilité des élevages ? Éclairages...

La Direction des affaires vétérinaires, alimentaires et rurales (DAVAR) surveille annuellement les résidus, notamment hormonaux, des viandes locales de cerf d'élevage depuis 1998, de bœuf depuis 2002, de porc depuis 2003 et de cerf sauvage depuis 2006, en s'appuyant sur les exigences de l'Union Européenne et sur sa connaissance des pratiques d'élevage dans ces filières.

Les plans de surveillance et de contrôle consistent en des campagnes de prélèvements réalisées en abattoir par les agents du SIVAP selon des protocoles définis. Les prélèvements sont réalisés en double exemplaire et de manière inopinée : les professionnels concernés ne sont jamais informés de leur date de réalisation. Les échantillons sont remis au LNC, laboratoire officiel situé à Païta, accrédité COFRAC au regard de la norme ISO 17025. Il les adresse à un laboratoire officiel néo-zélandais, Assure Quality, situé à Auckland, lequel réalise les analyses de dépistage.

En cas de résultat positif ou douteux, le doublon du prélèvement initial est adressé au laboratoire de référence métropolitain, Laberca, à Nantes, qui se charge de la mise en œuvre des analyses de confirmation et au besoin de leur interprétation au regard des commémoratifs de prélèvement (sexe, stade physiologique) de l'animal prélevé. Les résultats finaux font l'objet d'un rapport détaillé du SIVAP qui les notifie annuellement à l'Union européenne pour les filières exportatrices. Si des résultats s'avèrent non conformes au regard de la salubrité des denrées alimentaires, des investigations complémentaires sont conduites (analyses complémentaires, interventions sur les exploitations, etc.). Ce cas de figure ne s'est jamais présenté dans la filière viande.

Contrôles de la filière viande

Concernant le suivi assuré sur la filière viande, 728 échantillons toutes filières confondues ont été testés vis-à-vis des anabolisants (hormones stéroïdiennes, bêta-agonistes et thyréostatiques) depuis 2002. Au final, les résidus d'hormones ou de substance à effet hormonal dépistés depuis 14 ans correspondent tous à des substances ayant une origine endogène connue, liée au métabolisme ou à l'alimentation. Ainsi, les analyses du laboratoire métropolitain permettent de certifier l'absence de pratiques frauduleuses par les éleveurs calédoniens.

La traçabilité du cheptel bovin n'a eu de cesse de s'améliorer en Nouvelle-Calédonie. La Chambre d'agriculture et le Syndicat des éleveurs de Nouvelle-Calédonie œuvrent en ce sens avec leurs partenaires, pour mettre en place des dispositifs pérennes.

Depuis 2010, un Groupement de défense sanitaire animal (GDS-A) a été créé au sein de la Chambre d'agriculture. Deux missions lui sont attribuées : la lutte contre la tique et la mise en place de l'identification pérenne généralisée (IPG). Ce dispositif permet d'assurer le bouclage et l'identification individuelle des animaux. En 2014, plus de 530 exploitations sont adhérentes. Les déclarations de l'ensemble des mouvements bovins (naissances, mais aussi abattages, ventes, mortalités...) deviennent obligatoires pour l'ensemble des  adhérents au dispositif. En 2014, un logiciel de gestion informatique des troupeaux commence à être diffusé. Il est notamment intégré dans le dispositif de formation professionnelle, afin de moderniser et faciliter le suivi sanitaire des troupeaux. Dans le même temps, un dispositif de suivi sanitaire des maladies non réglementées est proposé à tous les éleveurs volontaires. L'objectif est d'assurer le suivi sanitaire de l'ensemble des animaux de renouvellement du territoire d'ici 2017 (taureaux et génisses en particulier).

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Dans la rubrique
Partenaires
Nombre de vues
1031

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production