Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
01 Mai. 2014

Jean-François Zimmermann - Le patron se met au verre

Pour Jean-François Zimmermann, le verre est un support magnifique.
Pour Jean-François Zimmermann, le verre est un support magnifique.

Paru dans :

Dans la rubrique
Rencontres
Nombre de vues
1511

Son visage ne vous est pas inconnu ? Normal. Jean-François Zimmermann a tenu pendant dix-sept ans le tabac presse du Casino du Mont-Dore. Patron d’une société de double vitrage, il vient de racheter Re Art Tech, spécialisée dans le verre à Ducos. Rencontre avec un autodidacte passionné par son métier.

Jean-François Zimmermann est un homme pressé. Depuis août 2013, l’homme a repris les rênes de la société Re Art Tech, spécialisée dans la coupe, le façonnage, la peinture et la pose de verre. Déjà patron d’Adamanti, une entreprise de double vitrage, il a déménagé ses bureaux sur le site de Re Art Tech, rue Champion, à Ducos, et dirige désormais une équipe de onze personnes. Un nouveau challenge pour cet entrepreneur de 47 ans au parcours atypique.
Titulaire d’un bac G3 (technico-commercial), cet enfant de la commune d’Haguenaud, en Alsace, se lance à 20 ans dans le commerce de la literie, à Montpellier. Au bout de huit ans, le jeune homme quitte le Languedoc-Roussillon pour tenter sa chance en Nouvelle-Calédonie. Nous sommes en 1995. Jean-François Zimmermann n’a encore aucune idée de ce qu’il va faire professionnellement, mais il est convaincu du potentiel du pays. « J’étais déjà venu ici pour les vacances. Cette fois, j’ai pris trois semaines pour sentir les choses. » De sa vie à Montpellier, il se sépare de tout ou presque. Sa maison, son affaire. Seuls quelques objets personnels voyagent jusqu’ici dans un conteneur.

5e point de vente du pays

Il reprend d’abord le bureau de tabac de la galerie Moana Center, au Quartier-Latin. Puis il investit cinq mois plus tard dans un second tabac presse, au Casino de la Coulée. Il se sépare du premier magasin au bout d’un an et développe celui du Mont-Dore, qui fait un carton. La boutique compte sept employés et s’impose comme le 5e point de vente du pays. Parmi ses clients réguliers, il y a Jean et Dagmar, les patrons d’une certaine société Re Art Tech, avec lesquels il se lie d’amitié. Ce sont eux qui l’encouragent à monter une activité de double vitrage, Adamanti SARL, il y a trois ans. Cette reconversion ne lui fait pas peur. « Le côté technique m’a toujours intéressé. Et ça reste de la gestion. Avec le tabac presse, c’était déjà très polyvalent. On faisait de la bijouterie, de la téléphonie… »


Artistiques et techniques

Après dix-sept ans de bons et loyaux services à la tête de Re Art Tech, Jean et Dagmar lui proposent, l’an dernier, de reprendre leur société. L’entrepreneur saute une nouvelle fois sur l’occasion. « Ça me ressource de changer d’activité », confie-t-il. Institutions, banques, établissements publics… Le carnet de commandes ne désemplit pas. Re Art Tech et la société Mivi sont les seuls du pays à s’être spécialisés dans le verre. L’entreprise de Jean-François Zimmermann, dont le nom est une contraction de « Réalisation artistique et technique » a mis davantage l’accent sur l’aspect artisanal du métier. Façonnage de vasques, garde-corps, pose de pare-douche… L’enseigne propose tout ce qui touche de près ou de loin au verre, aussi bien pour les professionnels que les particuliers.

Classique ou originale

Les demandes s’avèrent parfois très originales, à l’image de ce dallage transparent laissant apparaître une cave en dessous, ou encore cet escalier en verre. Mais elles restent très rares, car coûteuses. « Nous sommes aussi les seuls à faire de la couleur de crédence », se réjouit Jean-François Zimmermann. Mais l’homme d’affaires n’en dira pas plus sur ses secrets de fabrication. « C’est une technique très particulière », assure-t-il. Passionné, il commence à tester, comme ses prédécesseurs, le matériau en atelier. Ce savoir-faire - que son ami Jean, Maître verrier, maîtrisait si bien - demande beaucoup de polyvalence et de minutie. « Le verre, c’est ultratechnique. Il faut connaître la surface, le type de support… Et prendre en compte les contraintes cycloniques. On n’a pas le droit à l’erreur, car ça peut être extrêmement dangereux si ça se casse. » Au-delà des contraintes de sécurité, « le verre est un support magnifique », convient Jean-François Zimmermann. « C’est juste beau ».

Coralie Cochin

Paru dans :

Dans la rubrique
Rencontres
Nombre de vues
1511

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production