Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
19 Avr. 2016

Julien Pascal, ambitieux pour la vanille du Caillou

Julien Pascal a obtenu une médaille d’argent au Salon international de l’agriculture.
Julien Pascal a obtenu une médaille d’argent au Salon international de l’agriculture.
© Anne-Claire Lévêque

Paru dans :

Dans la rubrique
Rencontres
Nombre de vues
591

Depuis 2006, la vanille de Karikouié prend peu à peu de l’ampleur. Entre les mains devenues expertes de Julien Pascal, les gousses de Vanilla Planifolia se développent, riches d’arômes, sur les terres du mont Mou, grâce à une technicité développée avec patience. Désormais, le producteur de vanille se tourne vers un projet de filière avec, en ligne de mire, l’export.

Voilà quelques semaines, Julien Pascal a obtenu une médaille d’argent au Salon international de l’agriculture. Une belle récompense pour des années de travail acharné et qui donne une nouvelle visibilité à sa vanille à l’international. S’il s’est lancé en novice dans la production de vanille en 2006, Julien Pascal a depuis acquis une expérience précieuse, tant dans la culture de l’orchidée qui donne naissance aux gousses que dans la phase de transformation. Jusqu’à élaborer son propre processus de séchage pour obtenir de véritables pépites chargées en vanilline et recherchées sur quelques marchés de niche extérieurs au territoire.

« J’obtiens entre 180 et 280 kg de vanille par an, résume le producteur. J’en exporte un peu mais la demande est beaucoup plus importante que ce que je suis susceptible de fournir.»

Entre la Métropole, l’Allemagne et le Japon, deux et trois tonnes s’écouleraient aisément ! Nul hasard dans le fait que les demandes lui parviennent : deux médailles au concours général agricole du Salon de l’agriculture ont mis en lumière ses années de labeur, récompenses ajoutées aux démarches de prospection engagées à distance par Julien Pascal. Restaurateurs, épiceries fines, glaciers, chasseurs d’épices... le spécialiste expédie chaque année quelque 25 à 40 kg. Reste que le véritable potentiel se trouve auprès de grossistes fournissant des acheteurs haut de gamme mais qui demandent de la quantité.

Voir loin

Pour envisager de répondre dans l’avenir à la demande, Julien Pascal s’engage avec la province Sud dans un plan de formation et d’accompagnement de producteurs, de l’île des Pins à Bourail, une dizaine à suivre pendant le premier semestre 2017. « Au fil du temps, j’ai fait toutes les erreurs possibles, reconnaît-il dans un sourire. Je peux transmettre l’expérience acquise pour la culture de la vanille. » D’autres pourront ensuite s’ajouter au programme, soutenu par la direction du Développement rural de la province Sud s’ils ne disposent pas déjà de matériel végétal. « On entre dans le système filière, se réjouit le vanilliculteur de Karikouié, heureux de voir une dynamique globale se mettre en place. Alors, bien sûr, on voit à long terme : le travail réalisé aujourd’hui permettrait d’obtenir 10 à 15 tonnes de vanille verte d’ici 5 à 10 ans. » Une quantité qu’achèterait Julien Pascal, qu’il transformerait selon son protocole pour obtenir une vanille exceptionnelle et vendrait sur les marchés extérieurs, certes cher – 40 000 francs le kilo – mais sans le moindre intermédiaire et pour une juste rémunération à 50/50 du producteur et du transformateur-exportateur. « L’objectif est que l’on parle de la vanille de Nouvelle-Calédonie, que l’on vende une qualité, un savoir-faire, une richesse et le rêve calédonien. »

Anne-Claire Lévêque

L’aventure du concours général agricole

Depuis 2013, Julien Pascal présente sa vanille au concours général agricole du Salon de l’agriculture. Dès sa première participation, avec des gousses fortes de 3,97 % de vanilline – pour une moyenne considérée comme correcte à 2 ou 2,5 % - le producteur obtient une médaille de bronze. 4,44% l’année suivante : il repart avec une médaille d’argent. Enfin, l’an passé, en dépit d’un taux à 4,66 %, le vanilliculteur est reparti du concours sans récompense. « On m’a dit que ma vanille avait un goût de terre... Mais le problème venait finalement d’un manque de formation des juges et surtout d’une mauvaise préparation de la vanille. » Qu’à cela ne tienne, Julien Pascal y est retourné cette année et y a remporté, début mars, une nouvelle médaille d’argent.

Auteur

Rédaction Made In

Rédaction Made In

L'équipe de rédaction Made In est composée d'intervenants ponctuels mais aussi de journalistes présents depuis plusieurs années. Ces derniers ont d'ailleurs leur propres signatures sur les articles qu'ils rédigent.

Paru dans :

Dans la rubrique
Rencontres
Nombre de vues
591

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production