Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
27 Déc. 2017

Noé Bertram - L’art du beau

Avoir l’état d’esprit d’entrepreneur, être rigoureux, compétent, patient, rester humble… Pour Noé Bertram, « devenir chef d’entreprise en Calédonie est loin d’être simple. Mais il n’y a pas de mystère. Pour y arriver, il faut travailler sans jamais compter ses heures. »
Avoir l’état d’esprit d’entrepreneur, être rigoureux, compétent, patient, rester humble… Pour Noé Bertram, « devenir chef d’entreprise en Calédonie est loin d’être simple. Mais il n’y a pas de mystère. Pour y arriver, il faut travailler sans jamais compter ses heures. »

Paru dans :

Dans la rubrique
Rencontres
Nombre de vues
190

Compagnon charpentier bois, Noé Bertram est arrivé en Nouvelle-Calédonie il y a 9 ans, avec un sac à dos pour seul bagage. À force de travail et de ténacité, il est aujourd’hui à la tête de trois entreprises employant 60 personnes. Tirer sans cesse la qualité du bâtiment calédonien vers le haut est son leitmotiv.

« La formation par les Compagnons est réputée. Tant qu’à me former aux métiers du bois, autant que ce soit via un parcours d’élite. » C’est à 15 ans que Noé Bertram part en apprentissage chez les Compagnons. Une formation en alternance, réputée pour son exigence. « Les premiers mois ont été très durs. Je me suis retrouvé dans un milieu d’hommes d’une moyenne d’âge de 40 ans. Il y a un monde entre la 3e Techno avec les copains et le monde du travail hyper exigeant des Compagnons, pénible physiquement et psychologiquement. » Une rigueur qui explique en grande partie le taux de 5 % de réussite chez les Compagnons finis.

Titulaire d’un CAP et BEP, il part ensuite sur le tour de France durant huit ans, cinq ans en tant qu’itinérant, travaillant six mois dans une ville à chaque fois, puis 3 ans de Devoir. « C’est une formation basée essentiellement sur l’autodiscipline et l’auto-apprentissage. Il faut être capable d’aller chercher l’information, la formation pour en apprendre toujours plus sur le métier. Les Compagnons sont une école qui apprend à devenir un homme de métier. »

Relever le défi

C’est dans le cadre de ses années de Devoir que le charpentier vient sur le territoire en 2005-2006. Compagnon fini, il peut alors se sédentariser. Tombé amoureux de la Calédonie, il revient en 2007 en qualité de salarié dans une entreprise locale au sein de laquelle il compte bien s’épanouir. Quand il démissionne pour des raisons personnelles, il n’a d’autre choix que de s’installer à son compte. « À partir du moment où mon projet de percer dans une entreprise s’effondrait, il a bien fallu relever la tête et le challenge. Cela m’a galvanisé. » Durant sa première année de Compagnon du Devoir, il a passé son brevet de maîtrise en alternance, ce qui lui a permis d’apprendre la gestion, la commercialisation, la compatibilité. Des notions qui lui permettent de créer la SARL Bois Concept. Épaulé et soutenu par son épouse Emilie qui gère la partie administrative de la société, Noé Bertram prend sa caisse à outils et commence par de petits chantiers. La sauce prend, finalement, assez vite. Le bouche-à-oreille fait son œuvre et met en avant la qualité du travail fourni par le charpentier. Au bout de trois mois, il embauche un premier ouvrier, puis un aspirant Compagnon qui effectue son tour de France et grandit au fur et à mesure. « Petit à petit, on a commencé à me faire confiance. J’ai fait de plus en plus de gros chantiers, et surtout une maison tout en bois à Naïa qui marque le début de ma spécialisation dans les maisons clé en main. »

De Nouméa à Déva

Au départ, il fait appel à des sous-traitants pour les métiers de second œuvre. « Mais je me suis rendu compte qu’il était plus pertinent d’embaucher des salariés qualifiés que de gérer ceux des autres. »

Quand il signe le marché du montage de la charpente des services généraux du Sheraton de Deva, Noé décide de créer en 2012 une deuxième société, Némo, pour la gestion de ces gros chantiers. « Je ne voulais pas prendre de risque sur Bois Concept. » On lui confie la validation de la conception, la réception de la marchandise, l’assemblage de la charpente, et l’adaptation au bâtiment. Un gros défi… « C’est le plus gros chantier de ma carrière. »

Deux ans plus tard, il crée ICB (Industrie calédonienne de bois) avec pour objet la production en atelier de kits de structure pour les particuliers et professionnels. Et fin 2015, Newton est développée par Émilie Bertram pour l’ameublement et un service d’import/export.

« Il était important pour moi de sectoriser les activités pour les protéger les unes des autres », souligne le chef d’entreprise qui s’est entouré de chargés d’affaires et de cogérants par secteur d’activité. Locataire durant ces quatre dernières années à Ducos, les entreprises sont désormais installées depuis le 1er septembre sur Païta.

Basée sur les valeurs du compagnonnage, la philosophie de Bois concept et de ses entités est de rassembler des compétences, des jeunes, de les former, de travailler ensemble et de réinvestir les gains. « Ce que l’on appelle l’économie circulaire. Nous avons à cœur de retransmettre le métier, de fédérer des hommes de métier autour d’un projet et de tirer vers le haut la qualité du bâtiment calédonien. »

Charlotte Antoine

Paru dans :

Dans la rubrique
Rencontres
Nombre de vues
190

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production