Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Depuis 2003, le magazine de l'information économique calédonienne
Publié le
02 Mai. 2018

Thibault Thomas : un joaillier en or !

Thibault Thomas (au premier plan) et Tony Mancone dans leur atelier-boutique du centre-ville de Nouméa.
Thibault Thomas (au premier plan) et Tony Mancone dans leur atelier-boutique du centre-ville de Nouméa.

Paru dans :

Dans la rubrique
Rencontres
Nombre de vues
123
Entreprise(s) citée(s)

Très jeune, Thibault Thomas a su qu’il embrasserait la vocation de bijoutier-joaillier. Designer un modèle, le magnifier en un bijou sont les actes magiques de ce créateur talentueux. 

Passer la porte de la bijouterie-joaillerie De Thomasse, c’est entrer dans un univers de rêve. Des bijoux en or parés de diamants et de pierres précieuses se dévoilent derrière les vitrines en verre de l’atelier-

boutique. Des pièces d’exception qui subjuguent. « Nos créations sont uniques et originales, réalisées sur mesure et à la main, tient à souligner Thibault Thomas, cogérant de la bijouterie-joaillerie De Thomasse. Les bijoux racontent pour la plupart une histoire et sont liés à des moments heureux. » 

Audace et excellence

La vocation de joaillier, Thibault Thomas l’a ressentie très jeune, à l’âge de
10 ans. Un âge où l’on a plutôt envie d’être pilote ou pompier. « J’ai visité le lycée Jean Guéhenno, réputé pour sa formation en bijouterie et joaillerie, se souvient-il. Et j’ai su que je voulais suivre cette voie. J’aime ce qui est manuel et minutieux. » Une certitude qui ne l’a pas quitté. Après avoir passé son adolescence en Nouvelle-Calédonie, il s’envole à 16 ans en métropole et intègre ce lycée où il se forme pendant quatre années à cet art. Puis, il officie pour une joaillerie-bijouterie dans le sud-ouest de la métropole, tout en sachant qu’il reviendrait un jour s’installer sur le territoire. Il saute le pas en 2012 et rachète le portefeuille clients d’une bijouterie sur Nouméa. Sans se soucier du marché. « J’étais persuadé qu’il y avait la clientèle et la place sur le marché local pour proposer des bijoux audacieux et d’une belle facture. » La rencontre avec Tony Mancone, cogérant de la bijouterie De Thomasse, a été déterminante pour conjuguer leur talent. « Nous sommes vraiment en symbiose et nous avons les mêmes envies en termes de création. » Un binôme qui vise l’excellence. 

Défendre la création locale 

Thibault Thomas dessine puis sculpte le modèle sur la cire. « C’est à chaque fois un moment magique de voir le bijou prendre vie. » Quant à Tony Mancone, il s’est spécialisé dans le sertissage, une technique très délicate. Leur matière de prédilection : l’or sous toutes ses couleurs. Leur signature : des bijoux exceptionnels et raffinés et, en particulier, des bagues sculptures parsemées de diamants ou intégrant des pierres précieuses d’une grande pureté. À des prix qui s’envolent ? « Nous ne souhaitons pas cibler une seule clientèle. Nous pouvons réaliser des bijoux à des tarifs raisonnables. Quant aux pièces plus exceptionnelles que l’on nous demande de réaliser, elles sont calquées sur le prix que l’on peut trouver à l’international avec des pierres d’une qualité supérieure », affirme Thibault Thomas. Le joaillier est en relation avec plusieurs négociants qui ont toute sa confiance. Un réseau essentiel pour se positionner sur des gemmes rares et magnifiques. Les contraintes restent l’éloignement et les délais en matière d’approvisionnement, mais « notre clientèle est très compréhensive sur les délais ». La bijouterie De Thomasse a poursuivi récemment son développement en proposant un secteur horlogerie (vente et réparation) en la présence d’un troisième associé, Thierry Voiry, expert horloger. « Désormais, notre atelier-boutique est complet en regroupant ces deux métiers. » Les trois associés sont très attachés à offrir un service à la clientèle de qualité. Attachés également à mettre en avant la production locale. Membre de la FINC, l’entreprise a obtenu le logo « Je produis calédonien ». « Il est très important pour nous de participer au déploiement de la création locale grâce à notre savoir-faire. » Un savoir-faire indéniable qui se reflète dans leurs bijoux si délicats. 

Auteur

Frédérique DE JODE

Frédérique DE JODE

Paru dans :

Dans la rubrique
Rencontres
Nombre de vues
123
Entreprise(s) citée(s)

 Pour suivre l'actualité, abonnez-vous à notre lettre d'information.

MADE IN

Journal économique de Nouvelle-Calédonie

Bureaux

Immeuble Oceanic
1er étage
3, rue Henri Simonin
Ducos

Courrier

MADE IN
BP 27035
Nouméa Cedex
Nouvelle-Calédonie

Contacts

Tél. : (687) 281 291
 Rédaction
 Publicité

FINC Le magazine Made In est une publication de la Fédération des Industries de Nouvelle-Caledonie -  Voir le site
 Copyright @ FINC - 2007-2018 | Conception et réalisation :  PAO Production